Votre anesthésiste est un psychopathe

ImageVisite chez l’anesthésiste aujourd’hui. Vous allez parler piquouse et douleur, ça vous branche moyennement. M’enfin… faut bien y aller…
Vous voilà donc dans la salle d’attente. Les murs sont tellement minces que vous entendez l’intégralité de la consultation précédente. Entre deux questions d’ordre médical, l’anesthésiste taille la bavette grave. Et là, évidence. C’est un serial killer qui essaie d’en savoir plus sur ses victimes. Vous êtes la suivante sur la liste.

Fin de la consultation, c’est à vous. Dexter vous serre la main. Il porte un masque qu’il a abaissé sur son cou. Une blouse. Une calotte. La panoplie complète. Vous êtes la dernière patiente de la journée. Aucun témoin dans la salle d’attente. C’est sûr, il va cacher votre cadavre dans un placard de la maternité.

Reprenez vous, que diable, vous venez pour une consultation !

L’anesthésiste démarre.
Votre date de naissance. Direct, il calcule votre âge. Il se gourre pas. Champion. Les psychopathes sont toujours doués en maths, c’est un signe. Enfin vous supposez qu’ils sont toujours doués en maths, hein. Vous en êtes même persuadée. De toute façon, il a une gueule de psychopathe, donc c’en est un.
De plus vous gardez un souvenir dingue de votre précédent accouchement. Péridurale, c’était lui. Jusque là, rien d’anormal.
Finalement, césarienne. Dose de cheval d’anesthésiant, tout va bien.
Fin de la césarienne, grosse douleur dans le dos. Il vous fout un masque sur la tronche, et d’un coup, la réalité disparaît et vous vous voyez courir dans les prés. Euphorisant. Le psychopathe se réveille.
On vous enlève le masque pour vous présenter Lapinette, à peine née, et d’un coup, grosse nausée. Vous allez vomir sur votre fille. Mais Dexter sort sa grande aiguille et vous injecte une drogue miracle qui vous soulage immédiatement. Un magicien des produits injectables. Il a tout pouvoir sur votre personne.
La consultation se poursuit.
Quel âge a votre fille ?
20 mois.
Il tire la sonnette : « vous êtes au courant que si vous avez à nouveau une césarienne, ça va être dur ? »
Merci à lui de vous rassurer. Dur pourquoi ?
« Pour vous occuper de votre aînée ! Vous avez prévu une solution ? »
Belle maman, Tatie et Papa sont vos solutions. Enfin Belle-Maman surtout, les autres risquant de travailler…
« Et vous aviez prévu cette solution avant de concevoir votre deuxième enfant ? J’espère que vous étiez consciente que vous preniez un risque ! »
Euh… Bah non. Vous avez le goût du risque, il faut croire (en fait vous pensez : mais il est maboule, ce médecin !)

Suite de l’entretien.
« Et sinon, vous avez vos analyses de sang ? »
Euh… tout est là. Donc non, pas d’analyse.
« Bon, c’est normal, votre gynécologue va vous les prescrire à la prochaine consultation »
Donc pourquoi il pose la question, hein ?
« Ah, et je vois que vous n’avez pas été suivie par le même médecin tout au long de votre grossesse, pourquoi ? »
Vous vous lancez dans une explication succincte de la mutation insulaire de votre mari, de votre retour, et du pourquoi de la chose.
« Mais vous n’êtes restés que 3 mois ? »
Bah oui.
« Et en 3 mois vous avez su que vous ne vous plaisiez pas ? »
Bah oui.
« Mais vous espériez quoi, en si peu de temps ? »
Bah que les gens soient un minimum aimables. Même pas des amis, hein ! Mais juste des gens aimables, socialement normaux, comme dans le Nord, quoi ! Et puis qu’est-ce que ça peut te faire, d’abord ? T’es psy ou anesthésiste ?
Et lui d’insister :
« Mais qu’est-ce qui a fait, concrètement, que vous ne vous êtes pas plus ? »
Vous donnez des exemples précis. Il en convient, ça n’a pas été une expérience agréable.
« Mais vous auriez du vous en douter avant de partir, de tout ça, quand même ! »
Rhôôôôô !!! Mais de quoi je me mêle ??? Il vous oblige à vous justifier, ce con !
 » Et vous connaissiez avant d’y aller ? »
Oui, maison sur place, vacances tous les ans, famille là bas. Bon, ça lui suffit, ou pas, à votre psy-anesthésiste ?
Il finit par lâcher l’affaire.
« Vous avez des question ? »
Oui, sur l’accouchement, la césarienne, la péri, comment ça va se passer ?
« Ecoutez, Madame, chaque accouchement est différent. Ne tentez pas de comparer. Et puis ne vous fiez pas à vos souvenirs. Car le souvenir que vous en aurez ne seront que des fragments d’une réalité vécue à un instant donné, reconstruit par votre réalité du moment. »
Ah ok.
« D’autres questions ? »
Euh… bah non, du coup…
« Bon, alors signez là, et là. Ca, c’est pour attester que vous avez bien été informée des tarifs (mieux vaut accoucher par voie naturelle, de jour, de préférence pas un jour férié que par césarienne de nuit, un jour férier. Intérêt de vous retenir la nuit de Noël et du Nouvel An…), et là que vous avez bien été informée des piquouses et autres désagrements. L’information détaillée est au dos de cette page. Si ça vous dit, vous pouvez lire ça ce soir avant de dormir, mais si ça vous stresse, vous le lisez pas, à vous de voir. »
Ok. Bah alors vous allez pas vous stresser pour rien, alors, hein ?

« Bon, et sinon, vous avez choisi le prénom ? »
Oui, en théorie.
Il ne vous en demande pas plus. C’était juste une question pour faire joli dans la conversation.

« Alors le jour de la naissance, vous faites comme si c’était un premier. Vous venez à la maternité si vous avez des contraction régulières toutes les 5 minutes pendant 2 heures. Le sourire en moins. Compris ? »
Euh oui…
« Le sourire en moins, hein ! »
Bah oui, vous avez compris. Vous devez faire la gueule ce jour là. Chelou l’anesthésiste, quand même…

« Bon, maintenant tournez vous face au mur, et avachissez vous. »
Vous exécutez.
« Non, s’avachir c’est pas ça. Vous devez vous redresser. »
Allô Petit Robert ? Vous avez la définition du verbe avachir, pour le docteur Chelou ??
Bref, vous voulez pas le contredire. Il est armé, pas vous. Vous vous redressez.
« Donc pour la péridurale, on vous piquera là, ou là, ou là. »
Ok.

« Ca fera 55 euros. Si vous avez envie d’écrire, vous pouvez me faire un chèque, sinon, je prends la carte. »
« Ah, c’est bien, vous avez la carte ! » Vous exclamez vous, toute contente.
« Non, la carte, c’est vous qui l’avez. Moi, j’ai l’appareil. »
Ah ouais. Pas faux…

Un psychopathe, je vous dis…

Publicités

2 réflexions sur “Votre anesthésiste est un psychopathe

  1. Trop sympa! Et pas du tout flippant! Il doit prendre des trucs ton anesthésiste… Mais bon tout ce qu’on lui demande c’est de te soulager le jour J. Et si il veut que tu lui fasses la gueule pour bien lui montrer que tu as besoin de sa piquouse fais la! En même temps, je me souviens que j’avais pas besoin de me forcer quand on me l’a faite… donc ça devrait pas être trop dur.

    • C’est un bon anesthésiste, mais il posait des questions trop bizarres ! Et pour tout te dire, j’espère VRAIMENT que j’arriverai en faisant la gueule à cause des contractions ! Parce que pour l’instant, c’est pas gagné, vuce qu’en dit ma gynéco !! lol

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s