Vous n’avez plus de vie… Alice au pays du néant…

Image

Voilà. Vous avez accouché il y a 16 jours. Et avant, belle Maman était là. Du coup, entre fin de grossesse, accouchement et retour à la maison, vous n’avez plus de vie. Et plus de ventre, accessoirement.

Parce que hein, bien entendu, vous vous êtes farci la césarienne. Bah oui. Alors projet de naissance, tintin ! Ça vaut bien le coup de vous emmerder à rédiger un scénario idéal pour que ça se termine en boucherie ! Certes, boucherie programmée (la veille), mais boucherie quand même. Z’êtes dégoûtée. Vous en avez pleuré.

Le jour du terme, vous êtes allée à la maternité. Monito, tatouillement et farfouillage de la sage-femme, et le verdict : col fermé. Oui. Zéro doigt. Rien. Que d’chie. Nada. Et en vous, toujours l’espoir que ça se fera dans la semaine. Vous allez faire un footing, le ménage, les vitres, des galipettes avec votre mari, ça va accélérer les choses. Vous repoussez dans votre tête l’échéance d’une probable césarienne au lundi suivant, soit 8 jours plus tard. D’ici là, vous tenterez tout pour faire venir bébé.

Mais la salope de sage-femme appelle le médecin dans votre dos. Même pas votre gynéco à vous, non (elle est au ski, la connasse !) ! Le gynéco de toutes les gourdasses du quartier bien trop naïves pour faire confiance à un incompétent pareil. Ouais, parce que Monsieur, il en a rien à foutre de votre tronche, et vous claque une programmation de césa pour le lendemain. Vous fondez en larmes. Tout ce que vous ne vouliez pas. COMMENT allez vous faire avec Lapinette et ses douze kilos ? C’est pas sérieux, ce programme !

Mais bon, vous n’avez pas le choix. C’est comme ça que 24h plus tard, vous vous retrouvez les bras en croix sur la table d’opération, le bide et les tripes à l’air pour sortir Bébé. Mini Lapine est née.

Pleurs (de joie), cris (de soulagement), et la voilà dans vos bras. 5 jours de clinique plus tard, et vous voici chez vous. Le bide zébré d’une grande cicatrice bardée d’agrafes, telle Robocop. Sexy girl, c’est vous. Une desperate housewife, en fait. Très desperate. En plus du ménage, lavage de linge, repas, bains et autres tâches habituelles, vous voilà à devoir vous occuper d’un nourrisson, certes calme, mais un nourrisson quand même. Coliques et nuits hachées sont désormais votre quotidien. Vous devez tout réapprendre. Alors le blog, hein, c’est pas que ça passe après, mais quand même. Dur, dur d’assurer avec tout ça ! D’ailleurs, si vous étiez une bonne mère, vous devriez, en ce moment même, être en train de plier le linge propre. Mais bon, on va pas chipoter. Déjà, il est propre, le linge. Pas plié, ok, mais propre, ce qui  n’est déjà pas si mal au vu des circonstances.

Oui, vous auriez du envoyer les factures de votre césa à votre mutuelle. Oui, vous auriez du avoir déjà imprimé les faire part. Oui, vous auriez déjà du faire développer les premières photos de Mini-Lapine. Et oui, vous devriez faire la sieste l’après midi. Mais non, pas le temps. Entre un vomi et un caca, vous arrivez tout juste à prendre une douche, alors la sieste, on en reparlera quand vous aurez retrouvé un boulot…
Voilà donc votre no life du moment. Donc vous exigez qu’on excuse votre manque d’assiduité à ce blog. Non, vous n’êtes pas morte. Oui, vous êtes toujours over-investie dans la rédaction de ce blog, mais pas de bol, les journées ne font que 24h…
A très bientôt, donc, pour les nouvelles aventures de Lapinette et Mini-Lapine. Que de suspens !!!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s