Bobo le bidon

Pour une fois, vous avez décidé de faire un article UTILE. Ouais, vous l’avouez,  d’habitude, ce que vous racontez manque un peu d’intérêt pratique. Alors vous vous poilez bien, vous faites marrer deux trois personnes qui ont les zygomatiques un peu sensibles, mais il faut bien reconnaître que vous ne servez à rien. Vous ne laisserez pas grande trace dans l’histoire de l’humanité. Il faut que les choses changent.

Désormais, c’est décidé,  on parlera de vous comme étant la reine, que je dis-je, la déesse de la colique. Du nourrisson, bien sûr. Bon de l’adulte aussi, intestins sensibles oblige, mais disons que chacun gère un peu son propre caca comme il l’entend. Boldoflorine ou charbon de Belloc, c’est pas à vous d’en décider,  c’est un peu intime quand même!

Tandis que la colique des bébés,  ça,  c’est vraiment le truc qui se partage. Car quand bébé hurle le soir, et que l’on se trouve fort dépourvu quand la bise fut venue, on se précipite sur les forums voir si une maman n’aurait pas trouvé LA solution miracle universelle. Réponse :non.

Voilà,  fin de l’article, chaque maman peut rentrer chez elle, circulez, ya rien à voir.

Sauf que si. Chez la déesse de la colique (du nourrisson mais pas que), ya toujours quelque chose à voir.

Déjà,  votre bébé fait partie de ces bébés chez qui rien ne marche. Ou ca marche trois jours. Ou ça marche, mais mal. Et là,  la grosse chieuse puriste de la langue francais vous dira : on ne dit pas que ça marche, mais que ça fonctionne. Ok. Mais c’est pas le sujet. Et vous la renvoyez direct dans ses pénates en lui chantant la chanson « Maman les p’tits bateaux », qui, elle, traite du sujet (pas des coliques, mais du débat sur le verbe marcher/fonctionner).

Bref, vous, déesse de la colique, avez à peu près tout essayé,  avez consulté tous les sites, forums et blogs traitant du sujet. Si vous avez le courage de retrouver les plus intéressants, vous les mettrez en référence dans l’article. Vous êtes comme ça,  vous. Plus généreuse,  y’a pas.

Bon, si vous voulez laisser une trace, faudrait peut être voir à rentrer dans le coeur du sujet.  Évidemment, on comprendra aisément que lorsque l’on traite du caca (même des nourrissons), on hésite trente seconde avant de se plonger dedans.

Commençons donc par planter le décor.  Debout depuis 6 ou 7h du mat, il est désormais plus de minuit.  Vous êtes dans le salon, à faire les 100 pas en tentant de calmer bébé qui hurle depuis 2 bonnes heures, en se tortillant dans tous les sens, et en lâchant des pets hérités d’une mâle ascendance. Vous, la déesse de la colique, diagnostiquez tout de suite une crise.

Ô rage, ô désespoir.

Vous testez donc les solutions proposées par les dizaines de parents désemparés face à ce mal, réunis en communautés très actives sur la toile.

1/ Faire faire du vélo à votre nourrisson, afin d’évacuer les gaz. Enfin du vélo virtuel. Des mouvements de jambe, quoi. Un p’tit effort d’imagination, merde !
Rien.  Que dalle. Nada. La seule chose qu’il évacue, ce sont ses pleurs, et le peu d’énergie qu’il vous reste encore.

2/ Le bercer. Ça fonctionne plus ou moins. Sauf qu’il est impossible de s’arrêter,  et donc de dormir. Bref, nulle, comme solution. Ça soulage un peu vos oreilles meurtries, c’est tout.

3/ Lui donner du calmosine avant chaque bib ou chaque tétée.  Ca fonctionne pas. C’est nul. Mais ca semble fonctionner chez d’autres chanceux,  et là,  vous êtes jalouse car ce serait une solution très simple à mettre en oeuvre. Monde cruel.

4/ Le debridat. Voir chapitre calmosine. Chienne de vie.

5/ Le bain. Bébé se calme lorsqu’il est dans le bain. Dès qu’il en sort, c’est à nouveau le chaos. Mais force est d’admettre que laisser bébé seul dans le bain pendant qu’on part se coucher est quand même un peu risqué… Cette solution vous permet juste d’instaurer une trêve dans les hurlements,  mais ne saurait en aucun cas constituer une solution durable. Vous abandonnez, donc.

Petit rappel de milieu d’exposé : le but de la solution devra vous permettre d’aller pioncer. Un pionçage sec pour les 3 ou 4 prochaines heures.
Suite de l’inventaire :

6/ Les massages du ventre, dans le sens des aiguilles d’une montre. Oui, le caca va dans le même sens que les aiguilles d’une montre dans les intestins. Dingue, non ? C’est fou le nombre de trucs qu’on peut apprendre quand on a un bébé qui fait des coliques. Sauf que ça fonctionne pas. Dommage. Au cas où, vous tentez dans le sens inverse, on sait jamais… et toujours pas. En même temps, ça coûtait rien d’essayer…

7/ Porter bébé le ventre posé sur votre avant bras. Vous avez appris il y a quelques jours que cette position s’appelait « la panthère ». Aucun rapport avec le kama sutra. Dingue, non ? C’est fou le nombre de trucs qu’on peut apprendre quand on a un bébé qui fait des coliques. Tiens, c’est marrant, vous avez l’impression d’avoir déjà entendu ça quelque part… Et ce qui est encore plus dingue, c’est que ca marche plutôt bien. Enfin à condition de porter bébé en panthère (= étalage de culture) tout en faisant les 100 pas dans la pièce. Pas hyper pratique pour dormir. Pas encore la solution miracle, quoi…

8/ La prière. La foi. L’espoir. Le laisser hurler en attendant qu’il se calme tout seul. D’épuisement. Et sinon, la marmotte elle met le chocolat dans le papier ! Cette solution barbare n’a de sens que lorsque vous êtes en pleine hésitation entre balancer bébé contre le mur ou le jeter par la fenêtre. Dans ce cas, effectivement le laisser dans son berceau et courir se réfugier à l’autre bout de la maison. Vous avez la faiblesse de reconnaître que ça vous est arrivé une ou deux fois. Et ô, miracle, une fois ça a fonctionné. Le coup de bol. Mais bon, c’était un cas isolé.

9/ (à ce stade, vous esperez que vos lecteurs auront remarqué que vous commencez à aborder les solutions qui fonctionnent de façon plus ou moins satisfaisante). Le portage en écharpe. Génial, ce truc. Bébé hurle, on le ligote contre vous dans l’écharpe, et pour commencer, il se calme. Puis après moults aller et retours dans la pièce, il finit par s’endormir. Et enfin, lorsque le sommeil est profond, vient l’épreuve du démoulage. C’est à dire tenter d’extraire bébé de son cocon pour le transvaser dans son berceau. Bon courage. C’est souvent le moment où ca foire, mais la solution peut vraiment valoir le coup. Et si la phase de démoulage semble trop périlleuse, il est tout a fait possible de garder bébé contre soi pour dormir. Pas très confortable, mais au moins, on dort. Bref, solution à retenir. Alors c’est qui la déesse de la colique ?

10/ L’emmaillotage. Oui, comme le petit Jésus dans la crèche, mais sans l’âne et sans le boeuf. C’est d’ailleurs certainement grâce à son intervention divine (celle de Jésus, pas celle de l’âne, ni du boeuf – sauf si le bébé est indien – ) que la solution fonctionne plutôt bien. Ligoté comme une rosette de Lyon ou un rôti Orloff, bébé est au poil et il vous fout la paix. On vous dit que c’est parce qu’il se trouve ensardiné comme dans le ventre de sa mère, mais pour votre part, vous pensez plutôt que c’est parce qu’il étouffe. En même temps, il ne braille plus, le but est atteint. Ne perdez pas votre temps à vous demander comment le phénomène est possible.

11/ L’ostéopathe. Deux séances suite auxquelles bébé allait nettement mieux. Le grand marabout du papouillage de bébé a sauvé vos nuits.

12/ Les probiotiques. Dès la fin de la deuxième séance d’ostéopathe, vous en avez filé à bébé. Selon le bon vieux principe du « toutes choses égales par ailleurs », vous ne pouvez pas savoir si ce qui lui a fait du bien, ce sont les probiotiques ou l’ostéo. Ayant fait bouger deux variables simultanément, vous avez fait foirer le protocole expérimental (sérieux, on voit que vous avez fait des études scientifiques, non ? C’est trop la classe d’employer le terme « protocole expérimental » ou « variable ». Vous êtes grave fière de tout cet étalage d’intelligence).

13/ L’âge. Ben ouais. Le temps aidant, ca va mieux. D’ici une vingtaine d’années, il ne vous fera plus de coliques. C’est scientifiquement prouvé. D’ailleurs, peu désireux de trouver des solutions à vos problèmes de maman désemparée et au bord du gouffre, le pédiatre vous conseille en général d’attendre le dégel : »Ça finira bien par aller mieux ». Merci docteur. Je vous en prie, ça vous fera 50 euros. Vous êtes heureuse de savoir qu’il a fait 12 ans d’études aux frais du contribuable (vous) pour vous sortir ça. Tout ça pour dire que quand bébé grandit, ca finit par passer. La classe. Mais bon, 3 mois sans dormir, c’est long…

14/ La balancelle électrique. Ça aurait pu grave marcher mais bébé a commencé à faire du reflux. Donc même principe que le grand 8, il finit par tout gerber. Il est comme ça, votre enfant, il est généreux, il partage tout. Même le pire. N’avez vous tant vécu que pour cette infamie ? La solution est efficace, donc, qd bébé a le ventre vide, sauf que là, il pleure parce qu’il a faim. Argh (bruit de la nana qui se pend).

Voilà. Cette fois c’est fait, vous avez laissé votre trace.
Et encore, vous n’avez pas essayé les quelques solutions restantes :
– la bouillote en noyaux de cerises à faire chauffer au micro-ondes et à poser sur le ventre de bébé.
– l’homéopathie (que vous avez en revanche essayé pour les rhumes avec succès ! Peut être aurez vous l’occasion d’en reparler)
– le cododo (peur d’écrabouiller bébé)
– supprimer le lait de vache (ayant fait des études d’agriculture, vous ne vous sentez pas de trahir tous les producteurs laitiers de vos connaissances…)
– les magnétiseurs et autres marabouts
et les quelques solutions plus radicales : crier plus fort que bébé pour couvrir les pleurs, la gnôle dans le bib, ou le parpaing dans la tronche. Il paraît que c’est risqué.
Nan mais c’est une blague, hein. Faut rigoler (stoplé rigole, sinon ma blague elle tombe à l’eau !).
Bref. Voilà.
Dans votre grande générosité, vous aviez décidé de mettre des liens vers les sites les plus pertinents, mais en fait, vous avez la flemme.
En revanche, des liens vers des blogs de parents vous parait pertinent car s’ils en parlent, c’est qu’eux aussi ont vécu la situation. Et ont visiblement survécu à cette épreuve puisqu’ils sont encore là pour témoigner. Donc allons y gaiement.

Pour commencer, un blog que j’adore, et qui, chose peu courante, est écrit par un papa. Ça fait du bien… quelques grammes de masculinité dans ce monde de froufrous ! :
http://www.je-suis-papa.com/bebe-a-des-coliques/

Bon, là c’est pas un blog de parents, mais ils donnent de très bonnes solutions, alors hein, ce serait idiot de pas partager :
http://bienfaits-des-fruits.blogspot.fr/2013/06/coliques-du-nourrisson-17-tactiques-qui.html

Toujours pas un blog de parents (vous êtes en train de vous rendre compte que mis à part un généreux papa, les autres parents sont des espèces de feignasses égoïstes qui gardent leurs astuces pour eux ! Vous allez vous faire des copains, là…), bref, un autre blog traitant du sujet :
http://blog.bebe-au-naturel.com/2014/02/soulager-les-coliques-du-nourrisson/

Aaahhhh ! Enfin une maman généreuse ! Je t’aime, toi, t’es ma copine ! Bref, vous partagez :
http://www.1001mamans.com/lutter-contre-les-coliques-du-nourrisson/

Encore un blog de papa ! Sérieux, les papas, vous assurez grave ! Les mamans, vous pédalez dans le couscous, là ! Faut se ressaisir! Bref, le voilà :
http://www.papaonline.fr/article-dossier-du-mois-les-coliques-du-nourisson-73838436.html

Et pour finir, un blog de maman (je t’aime aussi, toi aussi t’es ma copine) :
http://www.happyhousewife.fr/2013/01/les-coliques-du-nourrisson/

Comme trop d’infos tue l’info, vous allez vous arrêter là. Mais il y en a d’autres. Parents désemparés et au bord du gouffre, rassurez vous, cet article vous permettra de faire un grand pas en avant ! Et une fois au fond (du gouffre, suite au pas en avant. Vous suivez, ou quoi ?), vous pourrez donner un grand coup de talon pour remonter à la surface (oui, c’est un gouffre rempli d’eau, vous n’aviez pas précisé…).

Allez, patience, les coliques, dans 3 mois c’est fini (ou pas !).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s