La littérature en question…

Image

Avant, vous étiez capable de vous farcir un Goncourt, un essai de sociologie ou de linguistique (si, si !). Et de les lire en moins d’une semaine (sans dec !). Mais ça c’était avant.

Maintenant, même une BD ça devient compliqué. Plus le temps. Tout votre capital-temps-lecture (déjà fortement réduit avec l’arrivée de Mini-Lapine) est bouffé par la lecture DU livre de Lapinette. Cendrillon. Que vous avez lu environ 112 543 fois. Avec un certain temps – voire un temps certain – passé sur l’image où Cendrillon pleure (« Mais pourquoi elle pleure, Cendrillon ? » « Tissste, Cenwillon ! ») et celle où sa marraine joue de la baguette magique en chantant « Boubidibobidibou ! ». Et votre fille de répéter en tournant sur elle même « Bouboubou ! Bouboubou ! ». Page suivante. Ah non, on doit – encore – revenir à la page où Cendrillon pleure (« Tissste, Cenwillon ! »). Il est loin, le temps où vous vous contentiez bêtement de lire les livres ! Maintenant, vous devez les apprendre par coeur. Ainsi en a décidé Lapinette.

Entre deux pages du livre de Cendrillon, vous avez néanmoins décidé courageusement de vous accorder un peu de temps pour un livre plus en phase avec vos aspirations profondes.
Point de Goncourt, certes… C’est le genre de littérature qui ne résiste pas au piquage de nez quotidien au bout de deux pages de lecture. Pour un Goncourt, il faut de l’endurance, faculté que vous avez perdue, en même temps que les eaux, lors de votre accouchement (ça, c’est juste pour la rhétorique, car ayant subi une césarienne, vous n’avez jamais perdu les eaux !).

Bref. Vous vous attelez à une littérature moins ambitieuse. Musso ou Levy pourraient vous convenir, mais c’est encore un peu hard. Le léger suspens distillé tout au long des pages vous donne l’impression d’être malade d’Alzheimer quand chaque soir vous devez revenir 2 ou 3 pages en arrière, car vous vous êtes lamentablement endormie sur votre bouquin la veille. Votre fatigue ne vous permet pas de supporter la moindre petite intrigue. D’un jour à l’autre, vous ne suivez plus.

Non, aujourd’hui, ce qu’il vous faut, c’est… (ne vous moquez pas. En même temps, comme on dit, « il n’y a pas de sotte littérature ». Quand on voit que c’est un livre érotique qui a raflé la tête des ventes l’an dernier, hein…), oui, donc, c’est… Merde, vous avez perdu le début de votre phrase. Quand vous disiez que vous ne supportiez plus aucun suspens…
Ah oui. Donc ce qu’il vous faut, c’est un bouquin sans suspens, avec un fil facilement rattrapable d’un jour à l’autre. Genre un bouquin Arlequin mais en moins crétin. Disons un bon « Journal de Bridget Jones ». Ça, c’est parfait. Au poil. L’histoire d’une nana trentenaire, qui rencontre un mec beau et sexy. Célibataire. Qui veut sortir avec. Qui tente le coup mais n’y arrive pas tout de suite. Au bout d’un moment, elle finit par taper dans l’oeil du gars. Mais il se passe un truc qui va tout foutre par terre. La nana est effondrée, mais finalement elle atteint quand même son but. Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants.
Ou alors autre variante. La nana trentenaire, pas célibataire. Qui sort avec un mec hyper beau et riche, mais un véritable connard. Qui confie tous ses malheurs à son meilleur ami célibataire. Qui finit par se faire larguer par son connard de petit ami. Qui va chialer de plus belle dans les bras de son meilleur ami. Ledit meilleur ami est secrètement amoureux d’elle. Profitant de l’occas, il attire la nana dans son lit. Le lendemain, elle se rend compte qu’elle a fait une connerie. Elle se fâche avec son meilleur ami qui se sent trahi. Ils se font la gueule pendant quelques pages. Le temps que la nana se rende compte que finalement, elle a toujours été amoureuse de son pote. Et qu’elle retourne au lit avec. Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants.
Avec ce genre de bouquin, tu peux t’endormir au bout de 2 pages, tu suivras toujours le lendemain. Tu peux même te taper le luxe de commencer au milieu du bouquin, tu comprendras vite ce qui se passe.
Voilà donc le genre de littérature qui vous correspond en ce moment.

Seul souci : à force de vous endormir dessus tous les soirs, vous n’avancez pas. Donc pour l’instant vous attendez toujours que la nana se fasse larguer par son beau mec hyper con. Mais bon, au moins, vous savez que ça va arriver. Enfin quand même. Vous êtes en train de lire la suite du « Diable s’habille en Prada » (vous vous êtes tellement endormie dessus que vous ne vous rappelez même pas le titre !), et vous l’avez commencé… à Noël ! Trop la honte ! Jamais vous n’aviez mis aussi longtemps pour lire un livre aussi facile ! Et à côté de ça, vous lisez Cendrillon à peu près 26 fois par jour ! Y’a comme un problème.

Donc pour combler ce manque lié à l’inachevé de votre lecture quotidienne, vous avez décidé de vous mettre aux blogs. Pas à l’écriture, non. Enfin si. Mais pas que. Vous avez décidé de parcourir la blogosphère et de vous délecter de la lecture d’articles, suffisamment courts pour que vous espériez pouvoir les lire en une fois. Grand bien vous en a pris, vous avez découvert de vraies perles ! Ce sera l’occasion de partager quelques unes de vos découvertes, mais dans un prochain article.

Car pour l’instant, la page 23 de votre bouquin vous attend. Depuis Noël. Si, si !
Avant, la lecture, vous aviez le temps. Mais ça, c’était avant…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s