Les filles sont chez Parrain

IMG_20140802_220032

Les filles sont chez Parrain,
Isabelle et Corentin se marient.
Les filles sont chez Parrain,
Et vous versez une larme à la noce.
Les filles sont chez Parrain,
Et vous revoyez les copains.
Tranquille, l’esprit libre. une coupe de champagne à la main.
Les filles sont chez Parrain,
Et vous enfilez les coupettes.
Sans culpabiliser.
Les filles sont chez Parrain,
Et une douce euphorie s’empare de vous.
Les mariés sont beaux, sont heureux,
Le bonheur est contagieux.
Les filles sont chez Parrain,
Et même les peines des uns et des autres s’effacent un peu sous le soleil de Paris.
Les filles sont chez Parrain,
Et vous prenez votre copine dans vos bras, parce que vous savez que c’est pas facile.
Les filles sont chez Parrain,
Et vous vous amusez entre filles quand même.
Vous prenez des photos, vous parlez de vos robes, vous picorez des petits fours,
Les filles sont chez Parrain,
Et le régime, c’est pas pour aujourd’hui.
Les filles sont chez Parrain,
Et les hommes restent entre eux.
Ils parlent de politique, un peu.
Ils se souviennent du passé, beaucoup,
Ils sont à la joie de se retrouver, passionnément…
Les filles sont chez Parrain,
Et le champagne délie les langues.
On parle plus que d’habitude.
On soigne les cœurs qui saignent un peu, parce que la vie, c’est pas des mariages pour tout le monde.
Parce que la vie est belle, mais n’est pas tendre tous les jours…
Alors l’amitié adoucit un peu les choses.
Les filles sont chez Parrain,
Et vous voyez la vie en rose.
Et vous voulez du rose pour tout le monde.
Les filles sont chez Parrain,
Et vous tombez amoureuse.
Une seconde fois de votre mari.
Une millième fois de la Tour Eiffel qui scintille.
IMG_20140802_230329
Les filles sont chez Parrain,
Et la nuit tombe.
Le champagne fait effet,
Paris s’illumine.
Ça tangue.
Est-ce la Seine qui vous charrie depuis le début de la soirée ?
Est-ce l’alcool qui vous monte à la tête ?
Est-ce l’euphorie de la fête ?
Les filles sont chez Parrain,
Elles dorment et pas vous.
Les filles sont chez Parrain,
Et vous pensez à votre propre mariage.
Vous regardez les mariés, leur bonheur,
Vous pensez à la joie que vous avez d’être parmi eux,
Et vous vous dites que les absents ont toujours tord.
Les filles sont chez Parrain,
Et la fête bat son plein.
Les uns sont fatigués,
Les autres dansent et font les fous.
Les filles sont chez Parrain,
Et les amplis diffusent le bonheur des mariés dans toute la Capitale,
Au gré de l’eau.
Les filles sont chez Parrain,
Et arrive l’heure où vous lisez l’avenir au fond des coupes de champagne.
Les mariés vont devenir parents.
Un jour prochain.
Certains de vos copains vont eux aussi sauter le pas.
Un de ces quatre.
Votre copine va retrouver l’amour.
Plus vite qu’elle ne le croit.
Les filles sont chez Parrain,
Et vous vous apercevez que les garçons aussi ça a besoin de parler.
Qu’il arrive un moment, une heure dans la soirée, où on ne peut pas tout garder pour soi.
Les filles sont chez Parrain,
Et vous tentez de vous rendre disponible.
Ne pas forcer à dire,
Ne pas forcer à se livrer.
Juste être disponible.
Un garçon c’est plus pudique.
Les filles sont chez Parrain,
Et enfin vous profitez de votre mari.
Vous dansez,
Vous vous regardez dans les yeux,
Vous riez,
Vous vous moquez gentiment,
Vous flânez sur le pont,
Vous faites des photos,
Vous vous prenez la main.
Vous vous dites qu’il faudrait faire ça plus souvent.
Et les copains rigolent un peu de vous.
Les filles sont chez Parrain,
Et la péniche accoste.
Il est temps de rentrer.
De se dire au revoir.
De se promettre à bientôt,
Croix de bois, croix de fer, on attendra pas le prochain mariage pour se retrouver.
Les filles sont chez Parrain,
Et vous courez après un taxi la nuit.
Comme dans les films.
Les filles sont chez Parrain,
Et le taxi vous ramène à l’hôtel,
Comme dans les films.
Les filles sont chez Parrain,
Et vous passez devant la réception, main dans la main avec votre Mari,
Comme des amoureux en fuite.
Les filles sont chez Parrain,
Elles dorment depuis bien longtemps,
Et vous vous écroulez sur le lit,
Vous reparlez de la soirée,
Vous vous endormez à deux, rien qu’à deux.
Les filles sont chez Parrain,
Et vous savez que cette nuit,
Il n’y aura pas de pleurs,
Pas de dent qui pousse,
Pas de doudou ni de tétine perdue.
Les filles sont chez Parrain,
Et vous dormez du sommeil du juste.
Pas assez.
On ne dort jamais assez un soir de noces.
Les filles sont chez Parrain,
Et vous les retrouverez demain matin.
Vous les prendrez dans vos bras.
Et vous serez heureuse.
Pleinement heureuse.
Merci Parrain.
Et Merci « Zie ».
Ce week-end a été précieux pour vous.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s