Un moment zen

Hot-Stone-Massage

D’abord, vous avez écrit « un moment zan ». Et puis en fait vous vous êtes aperçue que c’était une erreur. Parce que le zan, c’est les rouleaux de réglisse. Donc rien à voir.
En vrai, vous vouliez parler d’un moment zen.

Enfin en théorie.
Un massage, c’est en théorie un moment zen.
Mari d’Amour vous a offert un massage. Il a du trouver que vous étiez stressée. Ou fatiguée. Ou les deux. Quoi qu’il en soit, il a pensé que vous en aviez besoin. Il se coltine les bains et les repas ce soir, pendant que vous, vous faites la popstar chez l’esthéticienne.

Vous arrivez donc à l’Institut, toute heureuse de ce moment de bonheur qui vous attend.
On vous propose un thé. Vous choisissez un thé à la menthe. Il n’arrive jamais. Vous n’osez le réclamer, n’avez pas envie de gâcher d’entrée de jeu ce moment de détente absolue.
On vous laisse vous déshabiller dans la « cabine ». C’est en fait une pièce normale, vous vous demandez bien pourquoi on appelle cela une « cabine ».

Petite musique d’ambiance, tintements de clochettes, vent dans les roseaux et chants d’oiseaux au bord d’un ruisseau. Le tout au son d’un pipeau qui aurait pris un sérieux coup de froid.

Vous grimpez sur la table de massage, la tête du côté du trou, comme vous l’a recommandé l’esthéticienne. Oui, celle la même qui a oublié votre thé. La connasse. Fort heureusement, ce n’est pas elle qui est de papouille avec vous.

Sa collègue arrive pour la séance de détente ultime.
Enfin en théorie.
Elle commence son oeuvre. Vous voilà la face dans le trou, pendant qu’elle vous triture la voûte plantaire. Vous vous mordez la langue pour ne pas éclater de rire. Pour le moment de zénitude, on repassera.
Pourtant, c’est écrit partout sur les murs : zen, zen, zen. Avec des gros boudas en position de lotus sous toutes ses formes : en stickers, en tableaux, en sculptures. Pas d’autre choix que d’être au Nirvana.
Comme s’il suffisait que le mot zen inscrit partout vous induise en zénitude. Vous avez beau croire au pouvoir des mots, pour le coup, ça vous laisse dubitative… Si c’était si simple, il suffirait d’écrire « mince » sur la porte de votre frigo pour que votre régime fonctionne, ou « calme » sur les murs de la chambre de vos filles pour qu’elles soient sages. Considérant en plus le fait qu’elles ne savent pas lire, vous avez de sérieux doutes sur l’efficacité de la méthode.
Mais admettons.
De même, voir un gros bouda en position de lotus n’a jamais entraîné la moindre détente chez vous. Et pourtant, il est partout. En tableaux, en sculpture, en statuette, en stickers mural…En dehors du symbole qu’il représente, franchement, vous trouvez qu’une prairie verdoyante est bien plus reposante que la tronche dudit Bouda. Parce que bon, vous n’avez absolument rien contre ce pauvre homme, mais avouez qu’il est fort peu agréable de se faire papouiller sous les yeux lubriques d’un petit bonhomme bien en chaire, en position du Lotus, dont rien ne nous dit qu’il n’est en fait pas en train de tester une nouvelle position du Kama Sutra.
Alors certes, vu le poids que vous avez pris ces dernières années, vous faire admirer par un homme, tout Bouda fût-il, ne peut que flatter votre ego, mais l’état de nudité dans lequel vous vous trouvez face à lui instaure quand même un certain malaise.
Si Mari d’Amour avait su que vous vous seriez retrouvée nue sous les yeux de Bouda, il ne vous aurait certainement pas offert cette heure de massage…

Pendant ce temps, l’esthéticienne poursuit son oeuvre. Vous ne résistez pas à l’envie d’entamer la conversation. Enfin « envie » est en réalité un bien grand mot. Disons que vous ne supportez pas de passer pour une revêche mal élevée, et que, du coup, vous papotez un peu, histoire de passer pour une nana sympa et grave cool. Ce que vous n’êtes en réalité pas, mais ça, personne ne le sait.

Une petite parlotte de 10 minutes fait l’affaire. Vous lui parlez de vos enfants . Bien évidemment. C’est d’ailleurs LE sujet majeur de toute maman qui se respecte. Bien que vous soyez au regret de leur apprendre que les autres n’en ont absolument rien à cirer et qu’ils les écoutent par politesse. Mais bon, on s’en fout, l’essentiel est d’avoir quelque chose à raconter. Vous n’alliez pas commencer à lui parler de Platon et de Kant.
Vous avez vaguement tenté de l’amener sur le terrain de son métier, mais avez vite changé de sujet lorsqu’elle vous a révélé que durant ses études d’esthétique, elle n’avait en réalité jamais appris à masser, et qu’elle avait inventé son propre massage californien toute seule. Vous préférez rester sur l’illusion que vous êtes en face d’une vraie professionnelle et que vous vivez un moment d’exception, plutôt que de vous rendre compte que Mari d’Amour aurait fait tout aussi bien à la maison, avec l’huile de massage acheté chez Sephora.
De là à ce qu’elle vous apprenne qu’elle vous masse à l’huile d’olive (ça sent pas les huiles essentielles, c’est louche…)…
Bref, vous êtes en train de vous faire masser par une vraie pro, votre voûte plantaire est entre ses mains, vous êtes zen.

Vous décidez finalement d’arrêter de parler. Vous voulez bien passer pour la nana sympa et grave cool, mais ça a ses limites. Qu’on vous laisse profiter de votre massage en silence, merde ! Mais là encore, la situation nuit à votre moment de zénitude. Vous êtes de ces personnes qui se sentent mal à l’aise lorsque le silence se fait. D’emblée, les gens qui vous connaissent mal vous classent donc dans la catégorie des « bavardes », alors qu’en fait vous êtes juste socialement flippée. Votre langue est aux moments de silences ce qu’une sculpture est à une pièce : là pour meubler l’espace (pardon aux amateurs d’art).

Du coup, vous forcez votre esprit à divaguer vers des contrées inexplorées, censées vous élever vers le Nirvana : avez vous oublié quelque chose sur votre liste de courses ? Qu’est-ce que vous ferez à dîner pour ce soir ? Votre patron va-t-il vous verser votre prime ce mois-ci ? Allez vous finir par oser lui dire que merde, vous aimeriez gagner plus ? Ou est-il plus sage de démissionner direct ? Mais de quoi vivrez vous ? Allez vous finir sous un pont ? Vos enfants à la DDASS ?
Définitivement, vous êtes en passe d’atteindre la zénitude la plus totale. Il vous faut juste encore un petit effort de concentration, et vous allez y arriver.
Pile poile au moment où vous commencez à visualiser cet instant où l’assistante sociale vous retire la garde de vos filles adorées, l’esthéticienne vous annonce d’une voix suave : « Voilà, c’est terminé ! Vous désirez un café ou un thé ? »
Vous réitérez votre demande. Un thé à la menthe.
« Je vous laisse vous rhabiller et je reviens »
Vous l’attendez encore. Et votre thé avec.

Un grand moment de zénitude solitude.

Publicités

8 réflexions sur “Un moment zen

  1. En commentaire à ce post sur la zénitude, j’adopterais le ton de la franchitude…. En toute honneteté, quand j’ai vu le comm’ « on a le mari et le cadal qu’on mérite », j’ai serré les dents, parce que bon, etre contente pour toi qui se voit offrir un massage, c’est une chose, mais se manger dans les dents qu’on en aura pas un parce qu’un pitoyable con (oui, j’essaye de rester objective, du coup, ça enlève beaucoup d’effet à mon véritable et terrible ressenti(-ment)) a bousillé tout ce que tu as mis des années à construire et que tu te retrouves tte seule avec tes enfants… là, ben inévitablement, t’es pas du tout d’accord avec ça, hein… et du coup, ben au lieu de dire à qq’un que tu penses aimer bien (;)) que t’es contente et que tu l’envies d’aller se faire poupougner,ben tu dis rien… parce qu’elle a l’air de dire que toi tu l’as pas mérité…. PAR CONTRE, quand dans le post suivant elle a l’air de dire que c’était pas si terrible que ça, et que tu la retrouves aussi piquante et malicieuse que d’hab… ah, là, ben là… ben t’as aussitot envie de lui dire que tu t’es ENCORE retrouvé dans ses délires et que tu kiffes grave sa vision des choses et sa façon de les partager… !!!! Alice, tu sais, je crois que l’on s’entendrais bien .. ;)))) (franchiyude assumée !)

  2. Nathalie, je suis hyper désolée si ce que j’ai pu écrire t’a blessee… c’est juste de l’humour et il est vrai que je ne prends pas tjs en compte les situations particulières de chacune. Dis toi que tu mérites qq’un de tellement parfait, que bien entendu, c’est très dur à trouver !
    Ce serait très cool de pouvoir te rencontrer, n’empêche ! Tu as l’air franchement géniale aussi ! 😉 Tu es d’où (on sait jamais que je programme des petites vacances dans ton coin…)?

  3. OMG … !!! Tu n’es quand même pas désespérée à ce point ….???? (Allez, je suis sûre que tu peux trouver sans problème un salon d’esthétique ou les masseuses méritent leur titre … LOL !!) J’habite Hautmont, près de Maubeuge, dans le Nord (j’y bosse aussi, aux RH, en Mairie ;)) Et si le nouveau site du Port doit être sympa en plein été, ce n’est pas -loin s’en faut ! la destination rêvée pour des vacances !!! ;))
    Très très loin de moi, en écrivant ce matin, l’idée de te mettre mal à l’aise ni quoi que ce soi d’autre !!!! C’est juste ce p***** de pincement au coeur chaque fois que fuse ce genre de remarque qui ne vise somme toute personne en particulier, mais qu’on ne peut pas s’empêcher de prendre quand même un peu pour soi et de ruminer… On ne se refait décidément pas, je suis désolée (c’est chacune son tour) de n’avoir pas su tenir ma langue…ou mes touches ;)) Contrite, limite confuse je suis (façon Yoda, là ;)) de tout ce tintouin pour rien… Allez, j’ai besoin de me vider la tête ce soir, je vais zapper un peu sur la 10… Y’a pas « Les Mystères de l’Amour » là………… ????? :)))))))

    • On ne serait pas des filles si on ne se prenait pas la tête ! lol
      Mais je comprends que ma remarque ait pu provoquer chez toi un pincement au coeur. C’est pas facile, ce que tu as vécu, et tu as d’autant plus de mérite d’être une maman qui déchire au quotidien !
      Bon, en tout cas, je m’aperçois qu’on a plein de points communs ! Moi aussi je suis une chti !
      J’habite près de Lille !!!
      Et je bosse aussi dans les RH : je suis consultante pour une petite boîte ! Trop drôle !!
      Donc si tu ne sais pas quoi faire un samedi aprem… N’hésite pas à venir me voir (je te propose pas l’inverse, car débarquer chez toi avec mes deux monstres, comment te dire… tu risques de définitivement me détester ! lol)

  4. Top-là ! 😉 oui, le hasard aime parfois la jouer fine, et se plaît à provoquer, à contrario de son nom, des rencontres amusantes… 😉 ! C’est avec plaisir qu’on partagera UN ricoré (ben oui, je maintiens, comme l’autre jour, que l’ami Ricoré est de sexe opposé, … si tant est qu’on puisse parler de sexe en buvant un ricoré ;))) Ici ou là, on se trouvera, ne t’inquiètes pas ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s