Carte postale à mes fringues

amour_mort_fringue__thompson_inside

Salut les fringues !

Je ne sais pas ce qui me retient de vous adresser une lettre d’insultes. Sales pourritures de fringues !
Là, c’est fait. Bande de vieilles morues.
Oui, farpaitement je vous insulte. Et ne faites pas vos innocentes.
Vous, culottes : pourquoi avez vous pris un malin plaisir à rétrécir, ces derniers temps ? Laissant mon auguste postérieur déborder de partout, choir de vos élastiques en décomposition ? La classe, je vous jure, quand je vais chez le médecin…
Et c’est pas comme si vous étiez bon marché. Pour avoir un truc sexy, c’est qu’il faut mettre le prix ! Pour deux triangles de tissus, sérieux, je sais pas pour qui vous vous prenez, les culottes.

Quand à vous, les pantalons, c’est une honte. Taille basse, j’ai la taille qui déborde, le ventre qui passe par dessus. Taille haute, je suis sciée en deux. Le souffle coupé, saucissonnée de partout. C’est quoi cette discrimination envers les femmes post-grossesse ? C’est quoi cet acharnement après mes rondeurs ?

Vous les jupes, je vous absous. Vous êtes de loin le vêtement le plus seyant et le plus confortable, s’il n’y avait pas vos inséparables acolytes, les collants, toujours prompts à descendre sur ma cheville. Bande de lâcheurs.

Quant aux chemisiers, trop étroits à la poitrine; aux cols roulés, trop moulants; aux blouses, trop larges; aux robes, trop informes… je ne vous adresse même plus la parole. J’ai renoncé à sortir mon carnet de chèque pour vous voir envahir mon dressing de vos tissus mal coupés.

En plus d’être horriblement chères, les fringues, vous échouez systématiquement à mettre mes formes en valeur. Même Cristina Cordula vous renverrait manu militari dans vos placards !

Et vous osez accuser mes bourrelets de tout ce désastre… Quelle mauvaise foi !

Mes bourrelets, eux, me tiennent chaud efficacement ! Mes bourrelets, eux, ne se froissent pas pour un rien ! Mes bourrelets, eux, ne me quittent jamais…

Ressaisissez vous, les fringues. Ou vous finirez dans un sac poubelle au fond d’une benne à ordure. Cet été, j’essaie le naturisme, si vous continuez vos conneries !

A bon entendeur…

Alice

Publicités

6 réflexions sur “Carte postale à mes fringues

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s