Carte postale à mon tableur Excel

Excel

Cher tableur Excel,

De toi à moi : penses tu que l’on puisse écrire une lettre de rupture par carte postale ? Sérieux ? Nan parce que soyons honnêtes, je passe pas mal de temps avec toi, pour des trucs bien nazes. Entre toi et moi, ce n’est plus ce que c’était. Et franchement, même si lorsque l’on s’est rencontrés j’ai pu m’extasier de toutes tes qualités, de ton potentiel, de tout ce que tu pourrais m’apporter dans la vie, je me rends compte, en vrai, qu’avec toi je m’emmerde.
Je sais, je suis rude. J’aurais pu dire « je m’ennuie ». Mais non. JE M’EMMERDE.
Là, tu vois, nous venons de faire ensemble un tableau de bord pour l’un de mes clients, afin qu’il suive les objectifs de ses salariés, et calcule la prime individuelle de chacun en fonction de l’atteinte de leurs objectifs. Pas kiffant pour deux sous. Moi qui ai soif d’aventure, de nouveaux horizons, de sensations fortes…

Voilà le quotidien avec toi : des chiffres, des chiffres, des chiffres. Et encore, toi et moi on passerait du temps à suivre les évolutions des ventes du best seller que je n’ai pas encore écrit, je dis pas… Là, je kifferais. Je ne te congédierais pas comme une vieille chaussette ! Mais non. Tout juste me sers tu à suivre mes comptes en banque, et encore, une fois tous les 36 du mois, quand je sais qu’ils sont au beau fixe. Sinon, la politique de l’autruche me va très bien. Ne rien savoir des fonds abyssaux dans lesquels sont plongées mes finances me permet de vivre en toute sérénité. Ma banquière est black-listée, tout roule. Je suis une femme comblée. Enfin presque.

Reste à me débarrasser de ta pesante présence.
Pas de bol, mes clients sont fous de toi. Ils aiment les tableaux de bord. Suivre les compétences de leurs salariés en leur donnant des notes par listes déroulantes, connaître le montant du chiffre d’affaire ramené par les commerciaux, pondérer l’importance des objectifs afin de calculer une prime individuelle, repondérer pour la prime collective, faire une somme pour voir si la pondération n’excède pas 100% (ce serait con d’accorder 110% de la prime max à un salarié, quand même ! En ces temps de crise, il faut faire gaffe où va l’argent…). Bref, pourcentages, sommes, listes déroulantes, et indicateurs au vert ou au rouge (oui, on peut même colorier tes cellules… tu sais tout faire !) sont toutes les folies que tu me proposes. A côté de toi, Word chie dans la colle. Seul le publipostage lui permet de rivaliser avec tes fonctionnalités, mais c’est bien maigre… que tu crois !

Car non, la technologie ne peut pas tout. Moi, ce qui me fait rêver, ce ne sont pas les prouesses technologiques. Word me vend du rêve. Word pond des phrases, des mots, des mises en page, des formats Folio. Avec Word, mes idées prennent vie, mes rêves deviennent palpables. Pas de chiffre, pas de somme, pas de case, pas d’emmerde.

Avec Word, mes enfants deviennent immortels. Je grave leurs conneries dans le marbre, sur la feuille, sur la toile. Avec Word, ma fatigue me quitte, je transferts mes états d’âme. Word is totally powerfull, que toi, juste tu m’emmerdes. Je le redis.

De jour en jour, j’organise notre divorce, sache le. C’est long, c’est fastidieux. Ça demande des efforts, prend plus de temps que je ne le voudrais, mais un jour, sache le, Excel, entre toi et moi, ce sera fini. Je vivrai mon amour avec Word au grand jour. Mes enfants, mon mari, ma famille, mes rêves et mes projets seront avec moi en permanence. Sous les cliquetis de mon clavier. Excel fais gaffe, t’as chaud aux fesses.

Alice

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s