Lapinette à la piscine

piscine

Oui, vous avez cédé. Vous vous disiez : « la piscine en hiver, jamais ! ».
Et puis de fil en aiguille, vous avez craqué.
Vous avez regardé vos bourrelets de grossesse, et vous vous êtes dit qu’il fallait agir.
Vous avez regardé dehors, et vous vous êtes dit qu’aller à la salle de sport, c’est pour quand il fait beau.
Vous avez re-regardé dehors, et vous avez affirmé que la piscine, c’était no way.
Vous avez bouffé avec votre soeur enceinte de 7 mois dont la sveltitude vous a filé des complexes.
Vous l’avez écoutée vous raconter qu’elle ne dérogeait jamais à son heure de piscine du dimanche matin. Jamais.
Vous vous êtes auto-traité de grosse feignasse.
Vous lui avez demandé d’en rajouter et de vous traiter aussi de grosse feignasse.
Vous vous êtes dit qu’effectivement, vous êtes une grosse feignasse.
Vous y avez cru très fort. Mais si, je te dis, je suis une grosse feignasse.
Bref, vous avez dit à votre soeur qu’il fallait que vous l’accompagniez à la piscine le dimanche matin.
Vous avez été bouffer (gras) chez des amis le samedi soir.
Vous avez mis votre réveil à sonner le lendemain.
Vous avez appuyé sur « snooze ». Nan, en vrai vous vous réveillez avec votre portable. Mais on peut faire snooze quand même, ouf ! (sauf que ça s’appelle pas snooze) (tu suis ?)
Vous avez failli envoyer un texto à votre soeur en prétextant que vous n’étiez pas épilée.
Vous vous êtes hélitreuillée du lit.
Vous avez filé à la salle de bain à la recherche du premier rasoir féminin pas rouillé.
Vous avez oublié de vous épiler le maillot. Ok, de vous raser le maillot (non, on ne siffle pas, on voit que t’as pas d’enfant, toi, comme si j’avais que ça à foutre de passer deux heures à me dépatouiller avec la cire ! Encore moins chez l’esthéticienne !).
Vous avez fait votre sac.
Vous avez laissé les gosses à Mari d’Amour sans aucun scrupule (aucun).
Vous avez retrouvé votre soeur sur le parking de la piscine. Y’avait plus de place sur le parking. Damned.
Elle vous a dit : « allons nous garer dans la rue à côté ».
Vous ne pouviez plus reculer (je parle de la piscine, pas de la voiture, hein !).

Voilà. Vous passerez les détails du déshabillage, du maillot poilu, du plouf pas glamour dans l’eau, des lunettes oubliées, de la sensation d’être un phoque échoué parmi les sirène, de l’envie de faire pipi, des gens qui vous doublent (y compris votre soeur) (enceinte de 7 mois), de la douche avec votre maillot poilu, du sac plastique comme sac de sport (note : penser à commander un sac de sport tout mignon à votre copine Caroligne, c’est par ici. Si elle pouvait vous coudre un « cache maillot poilu » c’est pas de refus), des vêtements qui collent parce que vous vous êtes mal séchée, des chaussettes mouillées, de la sensation d’être morte d’avoir trop nagé.
Mais vous avez réussi. VOUS ETES ALLÉE A LA PISCINE. Bravant tous vos principes hivernaux.

Sauf que. Maintenant, vous deviez être à la hauteur. Votre soeur (enceinte de 7 mois) ne déroge jamais, vous ne deviez jamais déroger non plus. Question d’honneur.
Comment donc rendre ce moment de torture un tant soit peu sympathique ?

Déjà, vous raser (oui, je sais, c’est mieux d’épiler !) le maillot. De une.
En rentrant, vous vous êtes jetée sur le rasoir (rouillé).

Puis rendre la séance ludique.
Pour cela, le ciel vous a dotée d’un merveilleux outil : l’enfant.

L’enfant, c’est Lapinette. Votre atout piscine. Presque trois ans, il était temps de l’initier aux joies de l’eau, vous privant du même coup de la possibilité d’enchaîner les longueurs. Trop bête.
Mais grâce à Lapinette, vous tiendrez vos engagements piscine. Ne jamais déroger. L’insistance de Lapinette à faire plouf sera votre moteur.

C’est ainsi que le dimanche suivant vous débarquâtes à la piscine accompagnée de votre mouflette. Oui, débarquâtes. C’est farpaitement français, Madame. A vous les ploufs, les bouées et le tobogan. Youhou !!!
Enfin épilée de partout et équipée comme un scaphandrier en expédition, l’heure était venue de rejoindre Tatie, en train de terminer ses longueurs. Joie de Lapinette.
Toujours partante pour les conneries, elle se mit en tête de plonger avec Tatie dans le grand bassin. Fort heureusement, le petit bassin avait un atout charme supplémentaire : le toboggan. Et c’est sans trop de difficultés que vous avez réussi à entraîner ses petites fesses rebondies vers les jeux de son âge. Mais alors que vous pensiez faire une entrée de naïade parmi les nageurs du dimanche, fendant l’eau de votre poitrine rebondie (ou pas), en coulant une brasse langoureuse, vous avez finalement manqué de vous rétamer lamentablement la tronche sur le carrelage mouillé de la piscine (et donc glissant), en courant après Lapinette, toute excitée de rentrer dans l’eau.

Après moult ploufs et éclaboussages de Tatie dans l’eau, il était temps de passer aux choses sérieuses. Le toboggan. Peu sûre de votre plastique, vous avez vaguement tenté d’encourager Tatie dans cette entreprise audacieuse. Enceinte de 7 mois et donc encore moins sûre que vous de sa propre plastique, elle vous a gentiment refilé le bébé, au propre, comme au figuré. A vous la corvée de toboggan, à elle la corvée de chiottes. Elle emmènerait Lapinette faire son petit caca le moment venu.

Vous vous êtes donc exécutée, pour le plus grand bonheur de votre fille. Bien que tremblotante de froid dans la file d’attente, rien n’aurait pu lui faire renoncer à cette grande aventure. Vous étiez plus inquiète qu’elle : quelqu’un avait-il remarqué que votre maillot vous rentrait dans les fesses ? Alliez vous réussir à monter les marches jusqu’au toboggan sans vous péter la tronche ? Vos fesses seraient-elle suffisamment étroites pour passer dans le toboggan ? Alliez vous réussir à négocier l’atterrissage sans noyer Lapinette ? Finalement, vos craintes étaient infondées, et c’est une Lapinette ravie qui plongea à nouveau dans le petit bassin à l’issue de cette folle descente.

Vous avez procédé à la descente deux fois, trois fois, quatre fois. L’enthousiasme de Lapinette a eu raison de votre résistance. Et puis Tatie commençait à se faire chier grave à vous attendre en pataugeant dans le petit bassin. Il était temps de rentrer. Longues négociations avec Lapinette. Promesse croix de bois, croix de fer, qu’on reviendrait. Juré, craché. Sur la tête de ma mère.
CA Y EST. Vous ne pouviez plus déroger à la piscine du dimanche matin.
Le pli était pris.
Enfin.

Direction la douche, pour un savonnage en règles. Lapinette voulait tout faire seule, jusqu’à appuyer sur le bouton de la douche, trop haut pour elle. Vous avez maudit son besoin d’autonomie, celui là même que vous bénissez chaque matin lorsqu’il vous dispense de corvée d’habillage. Là encore, il a rempli son rôle, à vrai dire.
Sauf que Tatie a eu le temps de refaire brushing et make-up pendant que Lapinette tentait vainement de se rhabiller seule, pataugeant dans une flaque d’eau chlorée.

Décidément, la sortie du dimanche matin promettait d’être longue… Obligatoire, mais longue…
Il faudrait bien vous y faire, ma foi.
Enfin, vous voilà devenue une nageuse du dimanche. Lapinette sera-t-elle un atout durable ? La question reste entière…

Publicités

2 réflexions sur “Lapinette à la piscine

  1. Salut! Je lis chaque fois tes petites nouvelles qui me font bien sourire, étant moi-même maman d’une “poussinette” de 2ans et demi! Pour info, je suis une vieille connaissance de Nicolas.
    Je voulais juste rajouter à cette anecdote une petite histoire personnelle… Comme toi, la piscine, c’est pas mon truc. Mais bon, y a piscine et piscine! La dernière fois que j’y suis allée, c’était à l’aqualud du Touquet ( là où si t’as le malheur d’aller dans les jacuzzis, c’est foutu, tu n’en sors plus!). Bref, une piscine sympa ou tu t’ennuies pas dans un bassin de 30cm de profondeur!
    J’en viens aux faits! J’emmène ma fille dans le grand bain et l’invité a nager (ou à tenter de le faire) en lui disant:”fais le petit chien!” Et là, elle me repond avec toute sa candeur: ” ouaf! Ouaf!”
    Ben oui, en même temps, c’est elle qui a raison! Un chien, ca ne va pas dans les piscines!
    Bisous et bonnes aventures!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s