Lettre de Mini-Lapine à Christophe

Christophe,

C’est moi, Mini-Lapine… J’ai pris la plume de Maman, cette fois…
Ce matin, elle avait les larmes aux yeux. Elle m’a déposée à la crèche, et c’est toi qui m’a accueillie. Je ne sais pas parler, tu sais. Je dis « Papa », « Maman », « Gigi », « Chaussu’  » et « Téti ». C’est tout. Mais je sais si bien me faire comprendre ! Et ce matin, quand je t’ai vu, j’ai voulu te dire combien tu es important pour moi.
Dès que je t’ai aperçu, j’ai tendu les bras vers toi. Je voulais venir te voir.
Maman m’a fait un bisou, et m’a confiée à toi. J’ai agrippé tes épaule, et suis venue nicher ma petite tête de bébé dans le creux de ton cou. Tu sentais le papa. A la crèche, tu es le seul à sentir le papa. Tout le monde sent la maman, ici. Et tu sais, en ce moment, mon Papa, je le vois pas beaucoup… Et toi, tu t’occupes de moi toute la journée. Alors bon… Je me suis attachée, tu sais…
Maman, en partant, avait une petite boule au ventre.
Non pas de me laisser avec toi, non. Elle sait que tu t’occupes bien de moi. Elle sait qu’on fait les foufous ensemble, que je m’amuse, que je m’épanouis. Non, elle avait une boule au ventre parce qu’elle redoute ton départ. Moi je m’en rends pas compte. Un matin, tu ne seras plus là, et puis c’est tout. Le lendemain, tu ne seras toujours pas là. Et le surlendemain non plus. Et plus jamais. Alors que du haut de mes 14 mois, tu as fait mon quotidien. Que du haut de mes 14 mois, je me suis attachée.
Tu sais, quand on est petit comme moi, notre univers est important. On a besoin de se sentir choyé. A la maison, je le suis. J’ai mon Papa, ma Maman, ma Grande Soeur, que tu connais aussi… Et puis à la crèche, il y a les copains et les copines. Les gentilles nounous de la crèche, et il y a toi.

Tu es mon copain de jeux. Tu es la figure masculine à laquelle je me réfère en journée. Tu es là pour me consoler et me faire des câlins.
Tu connais mon caractère, mes petites habitudes, mes défauts de bébé.
Les autre nounous de la crèche aussi… mais bon… Toi et Julie, vous aviez ma petite préférence.
Julie m’a laissée, déjà… mais je t’avais encore.
Maman et Papa se disaient que tu serais là en cas de gros chagrin. Et tu es là, effectivement. Papa et Maman t’en sont reconnaissants, tu sais. Moi je sais pas. La reconnaissance, je sais pas bien ce que c’est… Moi je connais juste les câlins. Je te le montre en me serrant bien fort contre toi, en te faisant mes plus jolis sourires. Tu es là pour moi tous les jours, tu m’aides à grandir. Dans la personne que je vais devenir, il y aura forcément un petit bout de toi…
Tu manqueras à Papa et Maman. Vraiment.
Maman a la boule au ventre un peu plus chaque jour.
Elle sait que les autres nounous de la crèche s’occuperont bien de moi. Il n’y a que des gentilles nounous, ici. Mais elle a peur pour moi de ce changement d’habitudes… Peut être que c’est elle, finalement, qui a du mal à s’habituer, mais quand elle voit les gros câlins que je te fais – encore plus gros que les câlins que je fais à mon Papa ou à ma Maman, c’est te dire ! – elle ne peut s’empêcher de redouter un peu notre séparation…
Souvent, Maman, elle pense à Julie. Elle se demande ce qu’elle devient. C’était y’a pas longtemps, son départ… Et puis maintenant, c’est toi. Deux départs si importants dans la même année…
Mais Maman va m’expliquer. Et puis il va falloir que je m’habitue, je crois… Il paraît qu’à l’école, on change de maîtresse tous les ans. Au mois de Juin, ma soeur, elle devra changer de maîtresse. Et Maman ne s’en fait pas pour elle. Enfin pas trop. Maman, elle est pénible, elle s’en fait toujours pour nous.
Alors bon, ton départ, va bien falloir que je m’y fasse.
Il paraît que c’est comme ça qu’on apprend à devenir grand, aussi…

Voilà, Christophe. Je voulais juste te dire que je suis attachée. A toutes les nounous de la crèche aussi, certes, mais comme toi tu sens le papa, tu gagnes des points avec moi… Quand mon Papa rentre à la maison, Maman n’existe plus, alors il n’y a pas de raison qu’à la crèche ce soit différent !
Tu vas me manquer, mais tu vois, ici, sur ce blog, tu vas pouvoir continuer à me suivre, et à suivre les aventures de ma soeur aussi. Tu pourras continuer à avoir des nouvelles.
J’espère qu’on ne perdra pas totalement le contact. Que j’aurai un petit signe de toi parfois…
Je voulais te dire merci aussi. Merci, de m’avoir fait évoluer, de m’avoir fait grandir, d’avoir encouragé mes progrès et séché mes larmes. Merci d’avoir été là.
J’ai encore un peu de temps à passer avec toi, et j’espère qu’on va bien en profiter. Après, je te promets, je deviendrai une grande fille bien sage, pour que tu aies plaisir à me recroiser dans la rue dans quelques années, au hasard des rencontres que la vie nous réserve.
Je sais que tout va bien se passer avec les autres nounous de la crèche. Heureusement, Danièle et Audrey seront là pour moi. Je les aime aussi, faut pas croire. Mais elles sentent la maman… Je sais que je pourrai compter sur leur bras accueillants aussi… Mais les tiens me manqueront.

Je t’envoie de gros bisous. Encore quelques semaines ensemble… j’espère qu’elles seront très chouettes… je sais qu’elles seront très chouettes !

Mini-Lapine…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s