Carte postale à Murphy

Cher Murphy,

Est-ce vraiment toi qui a pondu cette loi de merde ? Cette loi de l’emmerdement maximum ?

tartine tombée

Nan, parce qu’à cause de toi, depuis une semaine, on mange. Pour tout. Depuis une semaine, tout devient compliqué dans notre vie, même le plus simple.
Murphy, je sais, je sens que tu es de mèche avec les banques, avec les administrations diverses et variées, avec Dieu lui même, ce qui rend la conclusion de notre projet immo de l’ordre du plus improbable. Je le sais.
Si seulement tu étais un peu cool sur les solutions de repli… Non content de nous faire foirer notre projet d’achat, tu entraves gravement la réussite de notre projet de location, puisque c’est la seule solution de repli que nous ayons  ! Non, il n’y a plus un seul bien potable à la location dans notre ville. PLUS UN SEUL !!
On a bien essayé de chercher. On avait même trouvé une charmante maison avec jardin, trois chambres, et tout, et tout. On l’a vue sur Le Bon Coin le soir… et on appelle le lendemain matin (à l’ouverture de l’agence, quoi !), et bien évidemment, elle était louée.
Nous avons donc rabattu notre choix sur une maison un peu moins grande, avec un jardin plus petit et un loyer plus conséquent, et tenté d’appeler une fois, puis deux, puis trois l’agence immobilière… sans succès. Le lendemain, une nana finit par nous rappeler, pour nous apprendre que là aussi, la maison est louée.
Sérieux, Murphy, ta loi des séries, elle est marrante cinq minutes, mais faut pas abuser. En dehors du fait que les blagues les plus courtes sont toujours les moins longues, je vais te dire un truc : ce sont aussi les meilleures.
Mais force est d’avouer que tu as l’humour potache et lourdingue.
Ne te vexe pas, je préfère être franche, hein…
J’aurais pu te pardonner si tu t’étais arrêté là…

Nous partons au mariage de ma chère petite cousine le WE prochain. Dans le sud, hein, pas à côté de chez nous, ça aurait été trop simple, bien évidemment. Tu es d’accord avec moi, Murphy, je le sais.
Super youpla boum, un petit voyage improvisé. Avec deux gosses en bas âge, je kiffe de traverser la France en train (ou pas). Je kiffe de devoir chercher un lit parapluie. Je kiffe de devoir prévoir des draps et des serviettes en plus de nos bagages. Je kiffe de devoir prévoir de la bouffe pour le voyage. Je kiffe de devoir faire les valises en n’oubliant rien. Je kiffe de devoir faire des lessive de ouf en prévision de tout. Je kiffe ma life de globe trotteuse amatrice.
Et je kiffe ce moment où tous les boutons de la machine à laver le linge se mettent à clignoter en même temps, et qu’au moment de se mettre en route, elle broute, peine, fait brrrrr, puis krrrrr, puis plus rien. Panne.

Samedi soir, 18h30, alors que les petites sont dans leur bain et qu’Electro Dépôt ferme dans une demi-heure.

Au même moment, tu me fais une petite blague supplémentaire, histoire de pimenter encore ma vie, Lapinette se met à hurler : « l’eau du bain elle coule froide ! »
La chaudière nous avait fait une chute de pression. Juste pas le moment. J’ai cru péter un câble.

Voilà, Murphy, voilà où j’en étais samedi soir, grâce à ta putain de loi de l’emmerdement maximum.
Future SDF, avec des gamines à poil dans une baignoire pleine d’eau tiédasse, avec une machine à laver en panne, et une pile himalayenne de vêtement sales à même le sol.
J’ai hésité entre deux solutions. Soit me pendre là, sur place, à même le tambour de ma machine à laver en panne à l’aide d’un torchon sale qui traînait par terre. Soit reprendre ma vie en main.
J’ai choisi la deuxième, redémarré ma chaudière, harcelé Mari d’Amour au téléphone lui disant qu’il était urgentissime qu’il court cette nuit même chez Electro Dépôt me racheter une machine à laver, savonné les petites, et rêvé de vacances au Seychelles, juste pour le moral.

Ok, Murphy, je m’inclinais, tu avais gagné. Tu n’avais alors plus rien à me prouver, j’avais compris que ta loi se vérifiait de manière systématique.
Mais c’était sans compter sur l’un des principes fondateurs de ta loi de l’emmerdement maximum : « Le pire n’est pas certain, mais il n’est jamais décevant »
L’erreur que j’avais faite était alors d’être trop sûre de moi. J’étais persuadée d’être arrivée au bout de mes emmerdes. Eh bien que nenni, Murphy ! Ce que j’ai pu être bête de croire que tu m’avais laissée tomber si facilement ! Tu as l’humour tenace, coriace… Avec toi, c’est du lourd. Le pire n’était en effet pas décevant.

Pour preuve, nos emmerdes n’étaient pas terminés : nous avions refilé notre petite bagnole à des gens pour le WE. Coup de fil à 18h dimanche soir (oui, tu sais, 18h, l’heure où, une fois le bain des filles terminé, on ne rêve que d’une chose : filer à bouffer aux petites et les mettre au lit, histoire de se larver dans le canapé pour une soirée tranquillou, surtout après un WE d’emmerdes à répétition ! Oui, je te parle bien de cette heure là, un dimanche soir. DIMANCHE, bordel !). Le téléphone sonne donc, et là, voiture en panne. Les gens sont sur le bord de l’autoroute avec notre bagnole, à 250 km de chez nous. Et nous, chez nous.
Mari d’Amour appelle son assurance, leur explique qu’on a prêté la voiture, qu’elle est en panne loin, loin, loin, et qu’on est désespérés. Rapatriement, et tout, et tout. Et une voiture qui reste abandonnée chez un vague garagiste à Reims (ou dans sa banlieue, sait-on jamais, c’est plus fun !), avec une panne indéterminée, que ça se trouve, y’en pour plus cher de dépanneuse et de réparation que de bagnole elle même.

Voilà Murphy. Nous sommes lundi et il faut que nous trouvions une solution pour ramener notre voiture chez nous.
Mais désormais, je sais que je ne suis pas au bout. Je te fais grande confiance, tu sais. J’ai désormais pleinement conscience que tu es le dieu de l’emmerde, et dès ce soir, j’érige chez moi un autel à ta gloire. Je viendrai chaque matin y déposer des offrandes pour implorer ta clémence, et calmer ton courroux.
Murphy, Ô Grand Murphy Tout Puissant, je connais maintenant la Force de ton Pouvoir. Ton Don de Nuisance est au delà de l’Imaginable.
Je sais que je ne suis pas au bout du chemin. Ma soeur est enceinte de 8 mois et demi, et nous allons dans le sud pour 4 petits jours en fin de semaine. Pour le mariage de ma cousine. Murphy, je t’implore de bien vouloir reporter la date d’accouchement de ma soeur au delà du 11 Mai. Je t’en conjure, Pitié, Ô Grand Murphy. Je ne me vois pas organiser un retour précipité en plein mariage avec deux petites sous le bras, avec des prix de billet de train au delà du raisonnable, alors que nos finances sont au plus bas. Murphy, aie pitié. Regarde ma vie avec compassion et oublie moi cinq minutes, bordel !!!

Même pour acheter une simple paire de pompes tu me fais chier, merde !
Samedi dernier, je cherchais des ballerines bleue marine. Pas des ballerines à plateau et semelles compensées avec des fleurs et plein de froufrous que ton modèle est tellement précis et farfelu dans ta tête que jamais tu le trouveras. Non. Des ballerines bleu marine. Le truc le plus con de la Planète Chaussures, dans la couleur la plus banale qui soit (bon, certes, du 42, mais MERDE ! Des ballerines bleue marine, quoi !).

ballerine bleu marine

Je file donc à l’empire de la ballerine chinoise, j’ai nommé « New Look ». Ils font des pompes jusqu’au cinquante-douze, c’est sûr, j’allais trouver !
Alors pour ça, des ballerines, il y en avait ! Des rouges, des bleu ciel, des noires, des roses, des couleur chair, des camel, des turquoises. Toutes les couleurs de l’arc en ciel étaient représentées. Toutes. Sans exception. Sauf le bleu marine. Bien évidemment.
Qu’à cela ne tienne, j’avais encore le temps de commander sur Internet. J’en ai trouvé UNE paire. Pas deux, UNE. Sur UN site. Que je vénère, parce qu’en plus, il est pas cher (ça doit venir de Chine, mais franchement, avec un 42 fillettes, je fais pas ma difficile, j’ai suffisamment de mal à trouver des pompes à ma taille). Ca s’appelle Ze Beauty, je lui fais de la pub parce qu’il m’a sauvé ma vie de Berthe aux Grands Pieds, pour presque pas un radis.
Sauf qu’au moment de régler, je reçois un code de sécurité sur mon téléphone. Et que bien évidemment, j’ai changé de numéro, et que donc le code de sécurité a été envoyé sur mon ancien numéro. Quelqu’un dans le monde doit recevoir comme ça de temps en temps des codes, qu’elle sait pas ce que ça veut dire. Mais moi, pendant ce temps, je peux pas payer mes pompes sur Internet. BOW’DEL DE MEW’DE !!!!
Murphy, s’il te plaît, je t’en supplie, dégage de ma vie. Va te trouver une autre victime, tu me fatigues…
Les chaussures, j’ai fini par réussir à les payer (avec la carte de bleue de Mari d’Amour), mais je les ai pas encore reçues. Alors Murphy, du calme. On est plus de 7 milliards, sur Terre, va tester tes conneries sur les autres.

Au plaisir de ne plus jamais te rencontrer (et surtout pas ce WE !!!),

Alice

PS : Murphy, je te fais savoir que le Pays des Couches a déménagé. Loin. Très très loin. La ligne est indisponible, l’adresse mail bug, n’essaie pas de t’y rendre, tu perdrais ton temps. Va faire un tour ailleurs, merci.
PPS : tant que j’y pense, est-ce toi qui es responsable de ma loose ? Celle que j’évoquais ici ? Cache toi, Murphy. Un jour j’vais te péter ta gueule… (sinon, habituellement, je suis pour la communication non violente)

Publicités

5 réflexions sur “Carte postale à Murphy

  1. Alice, toi aussi tu fais partie des victimes de ce serial emmerdeur !!!! ????
    Moi qui croyait naïvement être sa cible privilégiée… Moi qui croyait dur comme fer que quand il trouvait une nouvelle emmerde a tester il se rabattait systématiquement sur moi… Moi qui, moi qui… Quelle arrogance, quelle fatuité… !! Croire qu’il me kiffait a ce point, sans pouvoir imaginer qu’il entretenait des relations similaires avec d’autres qui se croient elles aussi exclusives dans son coeur… Bref… Je nous découvre soeurs de sérail, sur ce coup la, … Et je partage ton sentiment de révolte et de rage froide plus ou moins bien contenue….
    MURPHY EST UN CON devrions nous arborer sur nos tshirts de princesses rebelles !!!!!

  2. La vraie, le belle, l’incontournable Schkoumoune ! Je compatis de tout ❤️. Courage, une bonne baffe dans la tronche de Murphy, et on y croit ! 💪

    • Ah mais ouiiiiiiiiiii !!! Je viens de découvrir votre commentaire !!!! On va péter la gueule de Murphy, même si en ce moment, il m’a lâchée un brin (mais on c’est quand on croit être tranquille qu’il peut agir vicieusement en douce… restons vigilants !!)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s