Z’adoooooooore faire caca… Mini-Lapine aussi !

L’autre jour, l’arrière train bien vissé sur son pot, le visage concentré sur la tâche fécale, Lapinette vous faisait l’une des déclarations les plus importantes de sa vie : « Z’adoooooooore faire caca ! Z’adooooooooore quand le caca il sort ! ».

Elle avait probablement oublié qu’à peine une semaine plus tôt, vous étiez dans le cabinet de SOS médecin, un dimanche (bien évidemment), pour cause de fissure annale. Elle hurlait alors : « Maman ! Z’ai peur de faire caca ! » Tu m’étonnes…

Bref. Le caca, une grande histoire d’amour pour Lapinette. A deux ans, elle était propre pipi, mais refusait de se séparer de son « caca bouboule » jusque deux ans et demi, vous infligeant des changements de culottes odorantes et dégoulinantes. Un vrai plaisir.

De ce fait, vous n’étiez pas pressée de démarrer la propreté avec Mini-Lapine.

Entre elle et le caca, c’était moyen. Tant qu’elle pouvait le contenir, ça lui allait, comme toute constipée qui se respecte. Très vite, obligée de pousser comme elle l’était, elle avait su détecter le moment atomique. Courbée en deux, sa respiration se bloquant, elle devenait toute rouge, poussant de petits cris d’animaux genre « gnnnngnnngnnnn ». Vous avez toujours eu du mal à identifier l’animal en question, d’ailleurs. Quand vous lui demandiez pile à ce moment là ce qu’elle était en train de faire, elle vous répondait « Caca ». C’est peut être bien l’un des premiers mots qu’elle a su prononcer. Il faut bien commencer par quelque chose, me direz vous…

Peu sujette au « caca fondu » (copyright Lapinette), vous ne redoutiez jamais le changement de couche. Aussi aviez vous projeté de démarrer l’apprentissage de la propreté vers l’âge de 18 ans. 19 max.

Mais non.

Mini-Lapine a fait sa crise. Prenant exemple sur sa soeur, passionnée de caca et d’heures passées sur le pot, elles ont ensemble passé des heures aux toilettes pendant les vacances, jouant à « ma soeur me surveille pendant que ze fais caca », échangeant la place sur le trône à tour de rôle. N’est pas princesse du royaume des chiottes qui veut.

Peu à peu, Mini-Lapine a pris goût au pouvoir. Trôner en bonne place et en bonne compagnie lui plaisait. La couche, ce signe honteux de soumission était devenu un instrument de chantage à l’heure de la sieste. Puis un instrument de chantage tout court. Usant des mêmes méthodes tyranniques que sa sœur, elle se roulait par terre en hurlant pour vous empêcher de l’enfiler, et la retirait subrepticement lorsque vous aviez le dos tourné. Nombre de caca sournois et de pipis intempestifs ont été essuyés de la sorte durant cette période de congés bénie (par la déesse caca).

Après les vacances, de retour à la crèche, vous avez donc raconté aux filles vos malheurs de mère touchée par la malédiction du caca. Lapinette et ses non progrès en matière de couche (toujours pas propre la nuit), et Mini-Lapine et son refus systématique d’enfiler une couche.

« C’est le moment de démarrer la propreté » vous ont répondu les filles.

Voilà, voilà. LE moment tant redouté était arrivé. Pendant toutes les vacances, vous avez refusé de vous rendre à cette évidence. 19 mois, c’était trop tôt. Impossible. Inhumain. On ne fait pas ça à un bébé, même s’il était touché par la grâce de la déesse Caca. Et pourtant…

Il fallait démarrer. Vous ne vouliez pas lui courir après épongeant son pipi partout. Vous ne vouliez pas lui courir après, essuyant son caca tout le temps. Vous ne vouliez pas faire 10 machines à laver par jour pour cause d’accident. Le métier de mère vous paraissait d’un coup trop difficile. Vous n’alliez pas être à la hauteur…

La couche fut enlevée un samedi matin. Vous avez épongé trois accidents en tout.
Ca fait maintenant 3 semaines. Trois semaines, et les filles, à la crèche (ces folles)(si, si, vous osez le dire), ont OSÉ l’impensable, l’insurmontable : lui retirer la couche pour la sieste. Une semaine que ça dure.
Plus de couche DU TOUT la journée. Et plus d’accident pour le moment.

La déesse Caca a touché votre fille de sa grâce divine. La voilà propre (Bon, c’est surtout les filles de la crèche qui ont touché votre fille de leur grâce divine…).

Et vous voilà libérééééée, délivrééééée de cette tâche ingrate.
Un prout bruyant serait de circonstance pour fêter ça… Vous allez missionner vos filles pour le faire, tiens…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s