La religion en question…

Tout un tas d’événement, majeurs ou mineurs, directement liés à votre vie ou non, on concouru à vous poser la question de la religion. Comment en parler à vos petites têtes brune et châtain clair ?
A 4 ans, Lapinette commence à se poser des questions. Quand Mari d’Amour met les « formations » à la TV et qu’on voit les méchants faire exploser les bombes, vous commencez à culpabiliser en vous disant que question pédagogie, il y a mieux à faire que de lui parler des « méchants ».
Quand à Noël, vous lui dites que le Père Noël va passer déposer des cadeaux aux enfants sages, vous tentez vaguement de l’initier aux bases de votre religion.

Car oui, sans être une grenouille de bénitier, vous êtes de culture et croyance catholique, même si, il faut bien l’avouer, vous avez un peu de mal à tout prendre pour argent comptant… Aimez vous les uns les autres, c’est un message qui vous convient, donc vous estimez pouvoir en rester là. Pour le reste, la résurrection ou la Sainte Trinité, c’est selon votre humeur et le temps qu’il fait dehors. Parfois vous faites preuve d’une foi débordante, que d’autre appelleront naïveté, et parfois vous vous dites que tout cela n’est que foutaises, mais décidez de faire le pari de Pascal. Bon, et puis faut bien l’avouer, la vie éternelle, ça vous arrange bien. Du coup oui, vous êtes catholique. Surdiplômée en la matière, vous avez tout fait jusqu’au bout.

Et maintenant, c’est au tour de vos filles. Mais bon, comme vous n’êtes pas une grenouille de bénitier, vous avez pris votre temps… Lapinette a été baptisée à un âge raisonnable, mais Mini-Lapine, vous avez bien cru que vous ne le feriez jamais… C’est désormais chose faite depuis dimanche dernier, Jour de Pâques, et donc de son Baptême aussi. Mais elle a deux ans. Mieux vaut tard que jamais, et ça a été pour vous un moment fort émouvant. Voui, vous avez versé votre petite larme. La famille et les copains étaient là, ainsi que toutes les personnes de votre paroisse, qui font partie des visages familiers de votre vie. Petite parenthèse de bonheur dans la vie, occasion de retrouver tous ceux qui nous sont chers, de bien boire et bien boustifailler.

Mais encore une fois, pour ne pas faire de ce moment un grand moment païen, et mettre un peu de spiritualité dans tout ça, vous avez tenté d’expliquer la chose à vos filles. Le Baptême niveau 1 pour Mini-Lapine (Raphaël – le prêtre – va te mettre de l’eau sur la tête, il ne faudra pas pleurer), le Baptême niveau 2 pour Lapinette (Dimanche, on fera le baptême de ta sœur. Raphaël va lui mettre de l’eau sur sa tête pour montrer que le Petit Jésus la protège. Oui, le Petit Jésus il est dans le ciel. Oui, avec le Père Noël. Et ce sera le jour de Pâques. Pâques, c’est le jour où le petit Jésus qui était mort, eh bien il n’est plus mort. Oui, quand on est mort on va au ciel. Euh… ben oui, si on n’est plus mort, on n’est plus au ciel. Si, le Petit Jésus il est au ciel. Oui, même s’il n’est plus mort. Mais oui, quand on est mort on va au ciel. Oui, avec le Petit Jésus. Non, il est plus mort. Mais si, il est au ciel. Bon, laisse tomber le jour de Pâques, on va parler de Noël, tu veux bien ? Oui, avec le Père Noël. –> Lâcheté et abandon de la conversation. La chaire est faible.). Bref, vous avez lamentablement échoué dans cette épreuve pédagogique. Du coup, Michèle, votre grand-mère « spirituelle » (elle a préparé Mari d’Amour à son propre Baptême et celui de chacune de vos filles), a décidé de vous aider en vous offrant un petit bouquin pour Lapinette. Afin qu’elle comprenne (en gros) ce que signifiait le baptême de sa sœur (en très très gros)(vous sentiez que c’était pas gagné…)

Lapinette était ravie. Elle avait un tout nouveau bouquin, elle ne le lâchait pas. Jamais. Même pas pour dormir.
Petite précision cependant, Lapinette a eu son livre deux jours avant les attentats de Bruxelles.
Et le lendemain de ce funeste jour, elle vous faite une demande à laquelle, en temps normal, vous n’auriez jamais accédé. Lapinette vous annonce que la directrice lui a demandé de lui prêter son petit livre, et vous demande donc l’autorisation de l’emmener à l’école.
Là, vous avez certainement du faire la tête de la nana hyper sceptique, car Lapinette a cru bon d’insister en vous disant : « je t’assure, Maman ! ».
Etant en école laïque (et vous y tenez beaucoup, à cette putain de laïcité, bordel, sinon vous l’auriez mise dans une école catho), vous doutez fortement des dires de votre aînée. D’un autre côté, au lendemain des attentats, peut être la directrice est-elle sur le point de tenter un atelier pédagogique sur les religions (périlleux !) : le petit Jésus, Allah, le ciel, la vie éternelle et autres belles histoires incongrues, ou pourquoi balancer une bombe sur des innocents. Dans le doute, au lendemain des attentats, donc, vous lui fourrez son précieux livre dans le cartable, avec ordre absolu de ne pas le sortir devant les copains, et de ne le donner qu’à la directrice, uniquement si elle le lui demande.

Certaine qu’elle allait respecter la consigne (oui, comme toute mère qui se respecte, vous vous voilez la face sur vos enfants), vous la déposez l’esprit tranquille à l’école (inconsciente que vous êtes !).

Ce n’est que le soir à la garderie que vous vous rendez compte de votre naïveté. Non seulement vous croyez à la Résurrection et à la Vie Éternelle, mais en plus (et c’est ça le plus dingue), vous pensiez que votre fille allait obéir à vos consignes (c’est ça, la vraie foi, que voulez vous…). En allant la rechercher à la garderie après l’école, vous retrouvez votre petite catholique de fille en train de vouloir refourguer son précieux bouquin sur le Baptême à son petit camarade musulman. Sous les yeux de sa mère. Effarée. Vous aussi. Vous lui retirez l’objet du délit des mains, et vous confondez en plates excuses. Laïcité, bordel !
C’est sûr, on va prendre votre fille pour une prosélyte, vous avez envie de vous cacher dix pieds sous terre. Au lendemain des attentats, en plus. De là à ce qu’on la prenne pour une future terroriste catholique, il n’y a qu’un pas (déjà qu’ils ont foutu des barrières partout devant l’école)(oui, les barrière sont censées faire peur aux terroristes)(mais c’est un autre sujet).
Heureusement, les gamins se connaissent depuis le berceau, ils étaient à la crèche ensemble, et vous connaissez bien la maman. A la fête de l’école, vous avez partagé un cornet de frites, et à la sortie au cirque, vos enfants ont partagé chips et bonbons. A ce niveau d’intimité, elle doit bien savoir que ce n’était qu’un jeu d’enfants, et qu’en vrai, votre fille ne capte rien du tout à la religion. En tout cas, dix jours après les faits, elle ne semble pas vous en tenir rigueur, et aucune enquête n’a encore été menée sur vous. Aucune flic n’est venu vous poser de question.

Alors du coup, vous avez tenté d’expliquer à Mini-Lapine : « Tu sais, Amir (prénom changé pour l’occasion, dans le respect de l’anonymat de chacun)(ne trouvez vous pas que cette précision fait très pro ??) il ne croit pas que le Petit Jésus existe !
– Mais il ne sait pas qu’on va voir le petit Jésus quand on est mort ?
– Non
– Alors il croit qu’on va où ?
– Je sais pas. Avec son Dieu, peut être.
– Dieu comme le papa de Jésus ?
– C’est Joseph, son papa.
– Mais tu m’as dit que c’était Dieu, aussi.
– Oui, c’est Dieu aussi, tu as raison. Jésus il a deux papas (c’est là où vous vous dites que les opposants au mariage gay, souvent un peu intégristes sur les bords, avaient des arguments qui ne tenaient pas la route : même Jésus avait deux papas !)(refermons vite cette parenthèse, la religion étant en soi un sujet polémique, n’en rajoutons pas)(trop de polémique tue la polémique).
– Et Amir il va voir l’autre papa de Jésus quand il est mort, alors ?
– Bon, Lapinette, tu vois cette bouteille de lait ?

Bref, une fois encore, échec total. L’éducation religieuse, c’est vraiment pas votre rayon. Autant votre fille comprend parfaitement le rôle des lettres dans un mot (ce qui vous bluffe totalement), autant lui expliquer sa propre religion, et en rajouter une couche avec celle de ses camarades, c’est un peu compliqué…

Finalement, il vous arrive d’envier les athées qui balaient tout cela d’un revers de main : « Dieu, c’est des conneries, file faire tes devoirs ! ». Et bim ! D’une efficacité redoutable.

En attendant, vous filez expliquer l’histoire de la bouteille de lait à votre fille. Ca, au moins, c’est un concept sûr. Et ça met tout le monde d’accord : dans toutes les religions on peut boire du lait (qu’on ne me parle pas des hindous et de la vache sacrée, sinon je me fâche !)

Bref, si quelqu’un a une idée pour parler de religion à ses enfants, vous êtes preneuse de conseils !

Publicités

4 réflexions sur “La religion en question…

  1. Ah moi je fais partie des chanceux athées qui balaient toute ces questions d’un revers de main. Mais c’est tout à ton honneur d’essayer de transmettre ta religion en respectant celle des autres 😉

  2. je suis athée… pourtant je ne balaie pas tout ça d’un revers de la main… mais j’ai tout aussi du mal à m’en dépatouiller, inquiète que mes gosses puissent avoir leur propre idée sur le sujet… et inquiète aussi qu’ils comprennent que j’ai raison (je ne suis pas à un paradoxe près. 😉 ). Bon… l’histoire aide. Qu’on croit ou pas en dieu, Jésus a existé. Il est né. Il est mort. La suite, ça devient une histoire de religion. Aimons nous les uns les autres, c’est à mes yeux une histoires de valeurs. La tolérance et l’amour aussi. Pourtant, bizarrement, j’ai rarement moins vu tolérante que ma tata bigote. Encore qu’elle progresse… enfin bref… on se galère aussi ici. « Maman pourquoi la dame elle a mis un tissu sur sa tête?! » … « tu devrais le dire encore plus fort chérie… pis tu sais quoi, je pense que c’est la dame qui t’expliquera le mieux »… jusque là, ils n’ont pas osé aller demander à la dame…
    Moi je suis catholique puisque baptisée (sans mon consentement) de fait… sur le papier quoi. J’ai même eu droit à toute la panoplie catéchisme, communion etc. … mais à un moment donné, j’ai dit stop. Je vous ai fait plaisir… maintenant vous me lâchez la grappe avec ça. Mais j’ai tout zappé… et je suis incapable d’en parler à mes gosses de manières cohérentes et instructives… mais ça viendra…
    Bon… dans notre banlieue un peu chic, les enfants vont au cathé et font leur communion… alors ça ne devrait pas tarder à arriver à leurs oreilles! 😉

    • Moi je me dis que le tout, c’est d’expliquer (comme on peut, et comme on sent), et le jour où ils seront en âge de faire leurs propres choix, au moins, ils le feront en connaissance de cause. Après, c’est certain, je ne leur ai pas donné le choix pour le baptême, mais comme je le disais, ma religion est chez moi un mélange de croyance, de superstition (je l’avoue), et de culture (surtout, je pense). Du coup, je ne pense pas leur bourrer le crâne (du moins j’espère pas). Mais je ne pense pas non plus être la meilleure des pédagogues en la matière… Bref, caho/juif/musulman/athée : même combat : j’ai l’impression qu’on galère sur le sujet… Et le contexte actuel n’aide pas vraiment, je trouve… Allez, je m’en vais souhaiter un bon anniversaire à ma fille sur le blog avec une semaine de retard : Dieu va me taper sur les doigts d’être une si mauvaise mère ! 😉

      • pour le baptême, je vais être honnête, si j’avais été croyante, je crois que j’aurai fait baptiser mes gosses à leur arrivée! 😉
        Joyeux anniversaire à ta fille! Une mère indigne en vaut deux! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s