3

J20, J21, J22, J23… ou les 12 travaux d’Hercule

herculeOui, c’est vrai, vous déconnez, vous ne tenez pas la distance. Bon. C’est qu’entre votre vie pro, votre vie sociale et votre flemme, vous n’avez plus le temps. C’est pas comme si vous aviez fait deux soirées raclette au cours du WE alors que vous êtes au régime, hein. Débordée, je vous dis !

Et outre le fait que vous n’avez pas toujours grand chose de passionnant à raconter chaque jour, hein… vous préférez finalement la qualité à la quantité. Oui, farpaitement, c’est une façon de vous dédouaner, mais vous trouvez vos arguments excellents. Non, vous n’avez donc pas écrit TOUS LES JOURS. C’est que vous avez un suspens à entretenir ! Bref.

Durant ces quatre jours de quasi inactivité (entre deux raclettes), vous avez eu le temps de réfléchir.

Commençons donc l’histoire par le commencement.

Mini-Lapine a un nouveau dessin animé « passion ». Après la Reine des Neiges (qu’elle ne peut plus voire en peinture)(overdose, certainement), après Raiponce (qui reste malgré tout en odeur de sainteté) arrive maintenant Hercule sur vos écrans. Ses deux moments préférés : quand Meg chante que non, elle n’est pas amoureuse (anti-romantique à souhait), et quand Hercule dégomme les Titans (gore à donf). Votre fille devient donc anti-conformiste, elle qui habituellement se noie dans des kilomètres de déguisements de tulle rose à paillettes.

Et cet après midi, vous avez été voir un client. Qui aimerait recruter.

Quel rapport, me direz vous ?

Eh bien tout à l’heure, alors que vous étiez en train de préparer le dîner en chantonnant (« Quand je fais de la purée Mousseline… »)(car vous faisiez de la purée Mousseline)(mais de la marque Carrefour)(cordon bleue que vous êtes)(bien que vous ne cuisiniez pas de cordon bleu)(tu suis ?)(c’est pas grave), donc quand vous étiez en train de préparer le dîner, vous réfléchissiez à la fois à Hercule, et à la fois au problème de recrutement de votre client. Et vous vous repassiez en tête une conversation que vous aviez eue avec lui (votre client, pas Hercule) l’après midi même. Il vous avait alors sorti l’expression : « y’a pas de mal », et dans votre tête, vous vous êtes alors dit « ben c’est dommage, parce que s’il y en avait eu un (de mâle/mal)(tu saisis le jeu de mot pourri ?), tu n’aurais pas eu de problème de recrutement ». Mais vous avez gardé ce petit jeu de mot pour vous, hein, parce que ça fait pas très pro.
Et du coup, alors que vous chantonniez toujours « Quand je fais de la purée Mousseline », votre esprit a divagué. Parce que l’héroïne surnomme Hercule « Super-Mâle ». Jusqu’à il y a deux jours, vous pensiez qu’elle le surnommait « Superman ». Et par mégarde vous avez activé l’option sous titrage. Et là, la vérité vous a sauté au visage : elle l’appelle en réalité « Super-Mâle ». D’un coup, vous trouvez ça moins adapté à des enfants, mais bon…
Et alors, votre esprit divaguant encore, alors que vous poursuivez votre chansonnette, vous pensez à Super-Mâle et au jeu de mot que vous n’avez pas sorti à votre client sur le mâle qu’il n’avait pas parmi ses collaborateurs, et de ce fait, vous vous êtes imaginé rédiger une annonce de recrutement qui disait : « Recherche mâle ayant les compétences suivantes, pour assurer telles et telles missions » (ouais, votre esprit divague pas mal, après une journée de boulot).

Mais quand même, dans vos divagations, vous restez hyper pro. Vous vous êtes rappelée, in extremis, que la loi sur l’égalité hommes/femmes interdisait la discrimination à l’embauche. Votre client n’avait pas le droit de recruter un mâle uniquement. L’annonce devait préciser qu’il cherchait à recruter soit un Mâle, soit une Femelle. Ben ouais.

Et là, vous avez cessé de touiller, et même de chantonner.

Parce que Super-Mâle, c’est pas hyper classe, comme surnom, ça fait un peu limite acteur porno, mais bon… ça renvoie quand même une image de virilité assez flatteuse pour qui sait y voir un compliment (Hercule, par exemple)…

Mais Super-Femelle… hein ? Dans l’esprit commun… Ca fait un peu lapin de Garenne, non ?

Voilà voilà… C’était votre pensée du jour…

Je sais, y’a des jours, comme ça, vaut mieux se cantonner à la purée Mousseline, on est d’accord… Donc voilà. Ca, c’est cadeau :

 

 

0

Vous avez fait l’acquisition d’un homme

C’était il y a presque 8 ans. Laver le linge, faire la cuisine, le ménage… très peu pour vous ! Votre décision était prise : vous alliez faire l’acquisition d’un homme. Toutes options, poils sur le torse compris.
Ni échangé, ni remboursé.
(Mais fourni avec l’épilateur pour les poils)

Egalité Hommes-Femmes, tout ça, tout ça, vous ne seriez plus jamais de corvée de vaisselle.
Partage des tâches ménagère, tout ça, tout ça, vous ne toucheriez plus à l’aspirateur.
Et la marmotte, tout ça, tout ça, vous lui laisseriez la cuisine.
Pas folle, la guêpe, vous avez testé son pouvoir culinaire avant de valider l’achat, et vous avez bien fait : il a gagné le dîner presque parfait, et hop ! 1000 euros pour les soldes !

Bref, vous étiez naïve. Je t’en foutrais de l’égalité Hommes-Femmes… Pffff…

Donc, votre Homme toutes options.

Force est de reconnaître qu’il a validé les tests. Il faisait le repas tous les soirs, il ne faisait pas le ménage, mais en avait toujours fermement l’intention, il s’occupait de la déco, estimant que laisser traîner ses slips et ses chaussettes sales était la tendance du moment. Visiblement, en 8 ans, la mode déco n’a pas beaucoup changé…

Et pour ce qui est des poils, que dire… ? Seul son enterrement de vie de garçon, 8 copains, une bombe de mousse à raser et un rasoir Bic ont eu raison de sa toison fournie, vous laissant comme cadeau de mariage un joli torse à la repousse paillasson … Effet décapant !

Bon, ok. Il y a bien eu des fois où vous avez pensé que le vendeur vous avait roulée. Il faut dire que Mari d’Amour est sourd d’une oreille.
Donc forcément, lorsque vous lui dites :
« Chéri, peux tu mettre une lessive en route ? », il doit certainement comprendre :
« Chéri, peux tu terminer le pâté en croûte ? »

Ou alors, si vous lui demandez :
« Chéri, range tes chaussettes et tes slips ! »
Il entend sûrement : « Chéri, tu es un chouette type ! »

Et ceci le conforte dans l’image qu’il a de lui même : un mari gentil et prévenant, plein de bonnes intentions (faire le ménage, la cuisine, le repassage…) qu’il ne met pas toujours en oeuvre faute de temps (c’est que ça prend du temps, ma p’tite dame, de mater les infos ! Je m’informe, môôôâââââââ, Madame !)

Oui, on vous a livré le petit Mari avec l’option mauvaise foi, cela va de soi.
Tendance à la flemme de série.

Mais comme tous les petits Maris d’Amour, il a ses côté attachants.
C’est un homme généreux : il partage … ses pets sous la couette (et la secoue pour vous en faire mieux profiter !)
C’est un homme plein d’humour : les pets, c’est pour rigoler, hein…
C’est un homme raffiné : les pets, c’est VRAIMENT JUSTE pour rigoler, en vrai, il n’est pas comme ça ! (il est pire)

La vie avec Mari d’Amour est donc à peu de choses près un vrai délice.

Parfois, certes, vous vous engueulez, mais à vrai dire, pas plus que n’importe quel couple dont l’Homme a une sérieuse tendance à occulter la question du ménage.

Le gros souci, dans l’histoire, c’est que vous même n’êtes pas une as dans le domaine non plus. Mais bon, le devoir se rappelant à vous de manière un peu trop régulière, vous vous y collez bien souvent à contrecœur.
Il faut dire que pour le coup, Mari d’Amour bug un peu niveau sens du devoir. Du devoir ménager, s’entend, car au niveau du devoir conjugal, tout va bien, je vous remercie.

Non, Mari d’Amour n’a que faire de ces considérations ménagère bassement terre à terre. Il a d’autres affaires à traiter : Môôôôôssieur est l’interlocuteur privilégié du banquier, et c’est infiniment plus important que vos vulgaires coups de serpillière ! Rhaaaalala, qu’est-ce que vous pouvez le faire chier avec ça, bordel ! C’est pas vrai quoi, vous avez vos règle en permanence ou quoi ?
Mari d’Amour a une vie administrative, vous avez une vie ménagère, de quoi vous plaignez vous ? Il est là, le partage des tâches, non ??

Allez, ok, vous êtes bien contente qu’il prenne en charge la paperasse, mais comme il a un sens de l’organisation bien à lui, tout le temps que vous gagnez à le laisser s’occuper de la banque et autres joyeusetés administratives, vous le perdez à partir en mission de recherche des papiers égarés.

Oui, Mari d’Amour a aussi l’option « Bordel » intégré.

Pourtant, vous aviez acheté le modèle de Luxe. Celui qui sait lancer une lessive (il sait le faire), celui qui sait faire la cuisine (il sait le faire), celui qui sait ranger (euh… cette option reste à valider, vous ne l’utilisez certainement pas de la bonne manière), celui qui sait faire le ménage (il sait le faire, et à la Javel, au CIF et au Canard WC, s’il vous plaît !)(que celles qui n’utilisent que des produits home made et naturels se mettent des lunettes de soleil, la phrase précédent leur piquera les yeux à coup sûr)(mais moi je n’utilise que de l’eau de mon balai vapeur !)(veuillez pardonner à Mari d’Amour, ce n’est qu’un Homme, il ne sais pas ce qu’il fait).

Sauf que, dans le modèle de Luxe, il y a une option tout à fait intéressante. Bon, elle ne fonctionne pas à tous les coups, mais il faut dire que quand elle fonctionne, elle est sacrément efficace et appréciable !

L’option « Mon Mari me surprend ».

Aujourd’hui, vous êtes rentrée du boulot un peu épuisée. Ils vous épuisent vos clients. Vous aviez laissé la veille une maison dans un bordel joyeux, et vous apprêtiez à le retrouver ce soir.

Mais Mari d’Amour vous attendait :
– Il avait donné le bain aux filles
– Il avait passé l’aspirateur dans toute la maison
– Passé de la Javel au rez de chaussée (home made addict, tes lunettes !)
– Rangé toute la maison
– Vidé le lave-vaisselle

Et il vous attendait avec le sourire…

Alors ok, Mari d’Amour a des progrès à faire sur le ménage (et sur sa gestion bancaire aussi au passage : nous ne sommes pas assez riches à mon goût ! Peut être devrait-il demander un RdV avec le directeur de la Française des Jeux, sait-on jamais…), mais Mari d’Amour sait me prouver qu’il m’aime.

J’ai droit à des fleurs le dimanche.
Parfois, il se met au ménage comme jamais, il abat un travail de Titan (événement encore un peu trop rare à mon goût, mais intensifie ses efforts, en bonne voie).
C’est un Papa formidable.
Il est sourd, ok, mais c’est un avantage, car comme ça il est moins gêné par mes ronflements nocturnes.
Et surtout, c’est mon Mari d’Amour, et je l’aime.

Mari d’Amour, si tu lis ceci, ne te sens pas dispensé de faire le ménage ! Continue sur ta lancée, tu es en bonne voie ! Dans le cas contraire, rassure toi… je saurai te retrouver !!!!

Vous avez fait l’acquisition d’un Homme… mais il vous a été livré sans mode d’emploi… Dommage !