0

Une vie au conditionnel

Depuis hier, vous mesurez votre incroyable chance.
Non, chaque matin, on ne se lève pas en se disant que l’on est heureux.
Non, chaque soir on ne se couche pas en contemplant ses enfants et en savourant le bonheur que l’on a de les avoir en bonne santé.
Chaque minute de notre journée n’est pas consacrée à vivre pleinement les joies simples qui nous sont offertes, et pourtant…

La vie est tellement belle, lorsqu’aucun drame ne nous touche.
La vie est tellement belle, malgré le stress au boulot, la fatigue hivernale ou un découvert bancaire. Même en période de Noël. Oui, la vie est tellement belle pour vous…

Et elle peut être tellement injuste envers certaines familles.
Ces familles, cette famille, qui ne vit sa vie qu’au conditionnel…

Cette mère qui se demande « et si j’avais mené ma grosses à terme, comment aurait été ma vie ? »
Et qui s’interroge, quelques années plus tard « et si mon second enfant n’avait pas été handicapé, où en serait-il, aujourd’hui? Que pourra-t-il devenir demain ? »
La joie de cette famille, à la naissance du troisième enfant, un parcours du combattant, mais qui leur a permis de goûter au plus grand des bonheurs : être parents d’un enfant en bonne santé, qui pourrait soutenir son grand frère, le jour venu… Un avenir sans conditionnel s’offrait à eux. Enfin ils pouvaient conjuguer demain les deux pieds dans le futur, avec confiance.
Et ces parents, qui hier, n’ont rien compris, et qui, aujourd’hui, reprennent leur vie au conditionnel : « Et si  ce troisième enfant n’avait pas succombé à la mort subite du nourrisson ? »
Trop d’injustices sur une même famille. Trop de drames sur une même fratrie…
Cette vie qui ne suffira pas à répondre à leurs questions… « Et si, et si, et si… Et pourquoi ? « . Cette vie où le futur aura du mal à exister… Comment avoir confiance en l’avenir après cela ? Comment surmonter ?

Eux, face au reste du monde, impuissant. Face à cette douleur qui les submerge, les noie, les aveugle… Et les mots qui sont vains, la compassion qui agace, la main tendue qu’on regarde comme une main de marbre, froide, inutile… Que faire, face à de tels drames ? Que faire ?

 

Publicités